Le Chtriman, mon premier triathlon en France avec Aptonia!


Course, Elle, Triathlon / mardi, août 7th, 2018

Un mois plus tard je prends enfin le temps de vous rédiger mon récit de course du Chtriman à Gravelines. Pour la première fois je prenais le départ de cette course très chouette aux côtés d’autres Decathloniens mais surtout de l’équipe d’Aptonia ! Je vous raconte tout, et ça commence le vendredi matin !

°VENDREDI MATIN°

Rendez-vous à Lille au Btwin Village pour un meeting ambassadeur ! C’est l’occasion de faire un point depuis le lancement du triathlon chez Decathlon, d’échanger avec l’équipe Aptonia mais également avec les ambassadeurs que nous avions déjà pu rencontrer à Benidorm pour certain(e)s !

Accueil, on fait une photo, on discute, on parle évidemment du triathlon chez Decathlon, etc etc. S’en suit une présentation de la seconde partie de l’année, après Benidorm et après le lancement de la marque et du triathlon. On parle communauté, produits, ambassadeurs, projets locaux, …

Après un lunch où on discutera de nos objectifs perso, des longues sorties vélo en solo et de nos utilisateurs sportifs en magasin, direction Gravelines !

Au programme de l’après midi c’est installation des stands pour une majeure partie de l’équipe Aptonia, et pour nous, ce sera workshop nutrition et équipements pour 2019 ! Une belle après midi, une bonne ambiance. S’en suit une petite séance photo collective, une nage en eau libre et une petite course à pied. On clôture par un petit restaurant au bord de mer ! Assez fatiguée je vais me coucher « tôt » ! Après tout demain, une loooongue journée nous attends !

°CHTRIMAN GRAVELINES JOUR J°

Le Chtriman S est en début d’après midi, ce qui nous laisse donc le temps de dormir un minimum mais aussi de terminer l’installation des stands Aptonia, récupérer nos affaires pour la course, préparer nos zones de transition etc etc… Du coup, pas vraiment le temps de s’ennuyer !

Chtriman Aptonia Decathlon Belgium France Stand

Je vais chercher mon pack de course auprès de l’organisation et ensuite chez Aptonia pour mon pack ambassadeur sur la course. J’ai reçu une ceinture porte dossard, de l’iso, une barre et un t-shirt reçu la veille !

Il est temps d’aller préparer la zone de transition ! Grosse (et agréable) surprise, ici l’organisation a mis des bacs pour chaque participant (vous savez des bacs repliables comme ceux du Colruyt). Du coup je peux entrer dans la zone avec mon sac Aptonia, tout préparer à mon aise et aller déposer mon sac dans l’auto.

La chaleur se fait déjà ressentir et je n’hésite pas à me tartiner de crème solaire car je ne veux pas cramer ou attraper un coup de chaud ! Je pense à bien boire aussi car je sais que sur un S je ne vais pas boire tant que ça.

TOP DÉPART !

Le départ de la course est imminent. L’ambiance est vraiment chouette ! Entre tous les ambassadeurs Aptonia présents sur la course, l’équipe Apto, le speaker (le même gars qu’à Vichy, je l’adore!!! et je crois que je l’ai dit à pas mal de monde d’ailleurs haha), les supporters,… bref, ça va être chouette !

La température de l’eau est bonne mais j’ai du mal à nager sans combi ! Pas pour la flottaison ou quoi, mais ça me fait bizarre de nager en eau libre sans « rien ». Pour moi la combi c’est comme si c’était une barrière qui me protège. Du coup un objectif prochain c’est de nager en trifonction ! Mais revenons-en à la course ! J’opte donc pour la combi. La distance est courte, ça ne devrait pas trop me gêner. L’eau est vraiment agréable et j’aime ce qu’on voit dans le fond. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que c’est comme une sorte de… petit parc recouvert d’eau, un autre monde.

Nous commençons à nous rassembler dans l’eau en attendant le départ ! J’ai vraiment hâte ! L’ambiance qu’il y a est juste inexplicable, tellement c’est chouette ! J’avais l’impression de retrouver un mini Vichy. Même si l’Afrique du Sud ça va être génial , j’ai un petit pincement au coeur quand même de ne pas y aller cette année.

Chtriman ladies S Aptonia Dare 2 tri tryathlon triathlon zoot decathlon
Avec Noëmie, juste avant le départ 🙂

SWIM – 750M

Top départ ! Le ton est donné ! Je me suis mise tout devant pour essayer de me trouver à l’avant du groupe. Quand je dis l’avant du groupe c’est derrière les meneuses et les groupes de tête mais devant le gros peloton de nageuses. Comme d’habitude, je pars en 9 temps et essaye de me trouver une petite place. Nous devons effectuer un carré et ensuite sortir de l’eau. 3 bouées sont à passer et nous sommes pratiquement déjà à la première sans que j’ai réussi à me mettre dans un coin bien à l’aise.

Ça bataille quand même l’air de rien et il me faudra passer la seconde bouée pour enfin me trouver une place tranquille et nager à mon aise. Je relâche un peu la pression. Je n’oublie pas que le Luxembourg c’était 2 semaines avant et que je suis ici pour m’amuser avant tout. Alors je ralentis un peu et profite de cette belle natation !

J’arrive à la 3ème bouée quand soudain… je vois la puce de quelqu’un en train de flotter ! Une fraction de seconde :  « Qu’est-ce que je fais ? Prends, prends pas ? Laisse flotter ? » . Je saisis la puce en me disant que ça permettra déjà à la personne de ne pas devoir payer la puce (je ne sais pas comment ça se passe en France mais bon) mais ça leur permettra aussi d’identifier sur la course qui a perdu sa puce (et qui est devant surtout) !

Je l’attrape en main et deuxième fraction de seconde « je fais comment pour nager avec ? ». Bon à la main, ça va être galère il me reste quand même quelques mètres à faire ! Dans la combi ? J’ai peur de mal la coincer (et honnêtement j’ai pensé à cette solution un peu plus tard) et qu’elle reste dans l’eau. Dans la bouche ? Aller va pour dans la bouche. Je mords le scratch de la puce et essaye de nager tant bien que mal. Difficile de respirer avec une puce en bouche ! Quoi, vous avez jamais essayé ? Après avoir bu un peu la tasse et m’être essouflée pour rien finalement, je décide de la prendre en main, tant pis. Je suis presque au bout donc ça devrait aller !

TRANSITION 1

Je nage jusqu’au bord, là où je sais que j’irais plus vite en marchant qu’en nageant. Je me lève et au lieu d’attraper la main du bénévole pour m’aider à sortir, je lui donne la puce en lui expliquant vite fait (bon quand même, c’est une course quoi haha) que quelqu’un a perdu ça dans l’eau !

Je cours, je cours, j’enlève un bras, le deuxième, je cours, je cours (seigneur quelle longue transition). Je tourne à la barrière, je cours encore, encore… je suis à l’autre bout du parc ! L’avantage c’est que je ne devrais pas trop courir avec le vélo héhé… enfin, pour sortir ! J’arrive à mon emplacement et j’enlève la combi, je jette bonnet et lunettes dans le bac. Je prends le temps de mettre mes chaussettes de running au dessus quand même car je roule sans mes chaussettes, du coup, elles auront le temps de prendre l’eau !

J’enfile lunettes, casque, chaussures vélo et… suspense… je prends mon vélo et je cours vers la sortie de ma transition.

VÉLO 20 KM

Je monte donc sur mon fidèle destrier (de son petit nom « Rosalie ») et je file ! Je mouline, pour délier peut être un peu les jambes et lutter contre le vent. Il fait chaud mais ça va, ce n’est pas encore critique. C’est parti pour deux boucles en vélo avec aucune reconnaissance du parcours. Le drafting est autorisé donc j’espère que je pourrais profiter de quelques groupes.

chtriman Ladies S aptonia decathlon bike triathlon tryathlon

Bon, les 5 premiers kilomètres pratiquement, c’est plutôt derrière moi. Deux filles restent dans ma roue pendant que je lutte contre le vent et tout en essayant de donner un max. Ce qui devait arriver, arriva, je me fatigue vraiment trop vite. Je décide de ralentir un peu et j’en profite pour lâcher un « si jamais y en a une qui veut prendre le relais, faites-vous plaisir, moi je commence à fatiguer ». Au fond de moi je me dis que j’espère que je suis pas tombée sur deux qui jouent leur vie et qui sont sympa. Oui, comme partout et comme dans tous les sports, y en a qui pensent qu’ils jouent leur vie et qui se la jouent solo. Mais ça, c’est la vie ; que ce soit dans le sport, au travail ou dans la vie de tous les jours.

Super, celle qui me suit me dit « bon aller, je vais prendre le relais un peu » ouuuuufff. Je me cale un peu dans sa roue et en profite pour me reposer un peu. Sauf qu’elle roule moins vite et du coup j’ai du mal à rester dans sa roue. Arrive la seule côte du parcours et là elle ralentit fortement. Du coup, difficile de rester à son allure et profiter de sa roue. Je la remercie et lui souhaite bonne chance pour la course et je décolle. Elle me réponds la même chose et malgré tout c’était sympa de rouler un peu ensemble !

Une fois dans la descente, je repasse tout sur le plus gros braquet et reprends de la vitesse. Décidément le vent est partout ! J’essaye d’en tirer profit mais difficile quand même avec tous les tournants ; et puis, je suis une jeune cycliste quand même. On arrive près du parc à transitions, ce qui signifique que le premier tour est déjà clôturé ! C’est l’occasion de prendre quelques encouragements et de se rebooster en se disant qu’on a fait la moitié du vélo !

SECOND TOUR

Le deuxième tour se passe sans soucis. Un peu fatiguée je décide de baisser le rythme car il faut garder des jambes pour courir ! Quel intérêt de se sketter en vélo (oui c’est bien un belgicisme) si c’est pour ne plus avoir de jambes en course à pied ? J’aime bien me sentir bien sur les trois disciplines du coup, on baisse un peu le rythme. J’essaye d’accrocher des groupes mais je roule tellement seule que je n’ai pas l’habitude d’accrocher et de gérer ça comme il faut. Du coup je profite un peu des groupes que j’accroche même si je n’y reste pas longtemps.

Ma collègue du Decathlon Wavre, Noëmie, me dépasse et m’encourage. Quelle boule d’énergie cette nana ! C’est vraiment chouette et ça me donne du courage pour terminer le vélo. L’air de rien rouler seule et avec du vent ce n’est pas ce qu’il y a de plus évident. Mais ça forge les jambes, le mental et le caractère !

Alors je lache rien ! Je sais que la fin du vélo est presque proche et puis ce sera 5 petits kilomètres à courir ! J’entends le speaker du Chtriman, j’entends les gens, je sais que je suis presque arrivée !

TRANSITION 2

Je descends du vélo et commence à courir avec celui-ci. Pas évident avec mes cales, surtout que c’est dans de l’herbe. Mais bon, y a pas de miracles, il faut que j’y aille ! J’arrive près de mon bac que je repère sans difficultés et je commence à me changer et… partir en courant !

chtriman S Ladies Aptonia Decathlon Triathlon Tryathlon

RUN – 5KM

En sortant du parc à vélo je vois que Clara (de l’équipe Aptonia) termine son vélo ! C’est l’occasion de l’encourager aussi ! Je sens que je pars un peu trop vite et j’essaye de ralentir pour me sentir mieux. L’air de rien il fait lourd et chaud et je ne suis pas habituée à ces températures (et je ne me suis pas entrainée pour) !

On longe la bute qui se trouve à côté du Parc et j’en profite pour grapiller de l’ombre là où il y en a ! Honnêtement j’ai difficile, mais je me dis que ce ne sont que 5 kilomètres bon sang ! Et puis surtout, après ça, c’est terminé ! Donc pas besoin de s’économiser, rien du tout !

J’essaye de garder une bonne cadence quand je vois la seule montée du parcours ! Il faut grimper sur la bute et ensuite nous courrons au dessus. J’avoue que j’ai couru sur toute la bute mais une fois au dessus j’ai fais deux trois pas pour me soulager 3 secondes et puis je suis repartie avec comme objectif de ne pas m’arrêter ! Le vent qui souffle en hauteur fait du bien l’air de rien, surtout après la chaleur du parcours en dessous. Malheureusement le soleil tape quand même et le vent fatigue. Je sens que je ralentis mais ce n’est pas grave. Mon objectif est de terminer et de ne pas marcher !

On arrive au bout de la bute, la descente et puis quelques mètres avant l’arrivée !

FINISH LINE APTONIA

chtriman S ladies triathlon tryathlon aptonia decathlon finish line

Ca y est ! Je passe la ligne d’arrivée en 01:23:45 ! Je suis honnêtement très contente d’avoir fait cette course, d’y avaoir vu mes tri-copines m’encourager et/ou faire la course ! La météo était au beau fixe, y participer avec Aptonia était vraiment extra et surtout l’ambiance était dingue ! Le speaker fait vraiment un boulot de dingue (allez à Vichy, vous comprendrez ^^) !

C’est clairement une course que je recommande à faire au moins une fois dans sa vie ! Natation très chouette ! Parcours vélo sans difficultés sauf le vent et parcours à pied assez chouette également même si rendu plus difficile avec la chaleur. Mais bon, il fait chaud partout alors…

Malheureusement je n’aurais pas l’occasion de rester le dimanche pour encourager tous les participants du 113 (demi-distance)! On se doute que ce sera difficile pour eux avec la chaleur mais c’était vraiment l’enfer… Félicitations à TOUS les participants malgré le temps, si ils ont terminé ou non le 113. La chaleur n’affecte pas tout le monde de la même manière et ça ne vaut pas la peine de jouer avec sa santé!

Je vous laisse avec la vidéo after movie d’Activ’ Image et la photo de groupe 🙂

Chtriman team aptonia tryathlon triathlon