Le semi-marathon de Bruges – Lui


Course, Lui, Run / mardi, novembre 5th, 2019

Finir l’année 2019 sur le semi-marathon de Bruges, c’est le défi et le test dans lequel je me suis laissé embarquer. D’un point de vue sportif, je compte bien effacer 2019 avec une très belle année 2020 mais elle ne sera pas que sportive ! Mais revenons au semi-marathon de Bruges pour en revenir au sport long distance.


Semi-Marathon de Bruges Julien triathlete
Marathon et Semi-marathon de Bruges

Nous sommes le 20 Octobre et mon année s’est résumée au départ du marathon de Genk ( puisque j’ai du arrêter sur une blessure), à la Charity run de Tallin et au 12km de Nivelles ! Pour ne pas finir en roue libre cette année 2019, et par la même occasion, se fixer un mini objectif, avec les coachs nous décidons de se retrouver sur le semi-marathon de Bruges.

La préparation

Sans vraiment m’y être inscrit, j’enchaine les sorties avec envie. Les séances sont de plus en plus longues et surtout, je ne ressens aucune douleur vive. Je savais que je ne dirais pas non à l’envie de me relancer sur le semi-marathon de Bruges mais je m’y suis vraiment inscrit le weekend avant la course. Histoire de ne me mettre aucune pression.

Le weekend avant

semi marathon bruges julien triathlète
Niddegem

En parlant du weekend qui précède la course, Marine nous avait organisé une petit moment à deux avant notre événement majeur début Janvier. Nous sommes partis en Allemagne et nous y avons résidé 2 jours, avec un petit spa à Spa afin de bien nous relaxer. Ce weekend était sous le signe du bien-être et de la relaxation. Nous y avons dégusté des plats typiques, mais tout cela pour dire que nous en avons bien profité. De plus, le dimanche nous avons été bruncher chez des amis, le régime n’était pas au beau fixe à une semaine de la course.

« Sans pression », on a dit !

La dernière semaine avant le semi-marathon de Bruges

semi marathon bruges julien triathlète
Séance fractionner

En debut de semaine, c’est la reprise. J’ai signé, ma participation est officielle et nous irons donc au semi-marathon de Bruges. Le régime reprends. Comme j’ai un dossard tout ce qui me semblait difficile les semaines auparavant me paraissent si simples maintenant puisque j’ai un objectif !

Les derniers réglages se réalisent avec facilité. La séance de sprint se passe sans soucis. Nous voilà partis pour un beau semi-marathon de Bruges. Je me permet de rêver au 4′ par kilomètre et surtout à être en dessous.

Le semi-marathon de Bruges

Nous y voici. Nous sommes le 20, et pas de doute c’est aujourd’hui que la course à lieu. Afin d’y être à l’heure, nous avions prévu de nous lever tôt et de partir dans la foulée.

Pour y être aux alentours de 9h, nous avions décidé de partir en 7h-7h15. Disons que l’on était plus proche du 7h30, ce qui nous a mis un peu la pression avant de partir, que j’en ai oublié de prendre ma gourde ! Nous voici sur la route, et afin que je ne me fatigue pas, c’est Marine qui prend le volant.

Bruges

semi marathon bruges julien triathlète

Une fois arrivés, on se gare dans les parking de l’organisation. Ceux-ci se trouvent non loin du départ, je me change et nous partons rechercher mon dossard. N’ayant jamais participé à de grand marathon et semi-marathon, je ne m’attendais pas à être autant pris par les gens. Oui, pratiquement 3000 personnes rien que sur le semi-marathon de Bruges et dire que les participants du marathon démarrent en même temps que nous.

La ville est très belle! Les monuments, les églises où encore les maisons, tout y est très joli, avec un certain cachet qui nous dépayse.

Les dernières 30′

semi marathon bruges julien triathlète
Marine me dit au revoir

Elles sont vraiment passées très très vite. Avec le monde qu’il y a, nous n’avançons pas très vite. A moins de 15′ du départ, je décide d’aller m’échauffer. Je me demande vraiment si cela va servir à quelque chose, mais je m’exécute. Aller trottiner et terminer par quelques accélérations ne me feront aucun mal.

5′ avant le départ, j’essaie de traverser les supporters, de retrouver Marine et surtout d’aller me placer dans le SAS 1 (sous les 1h30). Voyant que l’on allait avoir du mal, Marine décide d’aller un peu plus loin sur la course pendant que je vais me placer à l’avant.

3,2,1 Départ du semi-marathon de Bruges

L’organisation est à l’heure, c’est le moins que l’on puisse dire. Nous démarrons sur les pavés emblématiques de la ville. C’est très joli et très typique! J’aime beaucoup ce style. Les pavés moins. Le rythme est élévé mais moins quand même que sur les petites courses de village où certains donnent leur vie sur 200m et explosent toujours. Personnellement, je suis dans le train et on avance pas trop mal.

Trouver son rythme

Si j’ai un rythme précis à tenir, dans les premiers kilomètres de ce semi-marathon de Bruges, ce n’est pas évident de le placer. Les routes et chemins que nous empruntons ne sont que des relances sur le départ. J’essaie de trouver un groupe de coureurs avec qui je pourrais m’entendre afin de faire une belle course.

Durant les premiers kilomètre de ce semi-marathon de Bruges, j’essaie de trouver Marine, mais une partie de moi sait que je ne la verrais pas surtout en passant le 5ème kilomètre vu que l’on est sorti de Bruges. D’ailleurs nous arrivons sur une route plate de 5 kilomètres et je commence seulement à me sentir à mon aise sur cette route.

Ma XT 920, qui déconne de plus en plus, commence à m’afficher des temps plus ou moins corrects de ce que je réalise. Les premiers kilomètre filent assez bien, et je commence à me sentir de mieux en mieux. C’est pareil niveau souffle. De bonne augure!

C’était trop beau…

6ème kilomètre, et voilà déjà une première alerte. Mon ventre me rappelle qu’il n’est pas content. C’est assez embêtant quand il reste 15 km.

Je réfléchis…Que fais-je? Que dois-je faire? Le temps de penser, les kilomètres avancent tout doucement. Est-ce que je tiens 10 kilomètres et je vois pour trouver des toilettes? Est ce que je m’arrête ? Complètement ? Vais-je aller jusqu’au bout? Ou au moins 15 et puis j’aviserais.

Pas mal de questions qui me traversent l’esprit et durant ce temps là, je ne suis pas trop concentré sur la route, mais le chrono varie entre 4’05 et 3’50 au kilomètre, ce qui me donne une moyenne autour de 4′ par kilomètre.

Au ravito du 10 ème km, mon ventre m’a déjà bien fait sentir que je n’irais pas au bout. Il y a des toilettes mais je ne ressens plus le besoin par conséquent, je prends le risque de continuer. 10,5 coup de poignard. Ce qui me force à lever le pied !

Ce semi-marathon de Bruges ne prends vraiment pas la tournure que j’avais imaginée. Toute en avançant dans les kilomètres, je chope un vélo et je me mets dans sa route. Je reprends de la vitesse et surtout je suis tellement focus que j’oublie les soucis digestifs.

Les derniers kilomètres

J’arrive sur la dernière vrai partie et là je suis obligé de m’arrêter, et de marcher un peu en attendant que cela passe. Par la même occasion, j’arrête ma montre et je relance une autre séance ainsi j’ai mon chrono sur la première partie. Quand je me remets à courir je virevolte entre 4′ et 4’10 suivant la montre. Bon, c’est toujours ça de pris ! En continuant, je me dis que je trouverais bien des toilettes quelques parts. Et bien, les kilomètres furent longs.

semi marathon bruges julien triathlète
Dans la souffrance

A chaque fois que je mets un petit effort mon ventre me rappelle bien que c’est lui le patron.

Après ça, on revient assez vite sur des routes connues étant donné que le parcours de ce semi-marathon de Bruges réalise un 8.

Derniers kilomètres

De retours sur les pavés, cela ne m’avait pas manqué mais j’avoue que je ne vise qu’une chose, la ligne d’arrivée et pas simplement pour finir la course mais pour être soulagé. Mis à part les problèmes digestifs, je n’avais aucune difficulté.

Résultat

Je cloture ce semi-marathon de Bruges avec un regret de ne pas avoir été en mesure de courir à mon niveau à cause de douleurs gastriques. Sinon je suis très content car même avec cela je mets un nouveau RP (record personnel) sur la première heure avec une moyenne légèrement au-dessus de 15km par heure.

semi marathon bruges julien triathlète
Finish line 1h26

Le chrono

Je termine ce semi-marathon de Bruges en 1h26. Sur le chrono officiel, je tourne en 4’05 min /km, c’est certes assez loin du 4′ par kilomètre que je m’étais fixé. Malgré cela, je réalise un joli Top 100 ce qui est très encourageant car il y a encore quelques mois j’étais dans l’incapacité de courir 4 kilomètres et ce même en endurance.

Il ne me reste plus qu’à penser aux prochains objectifs et de préparer une belle saison 2020 !