Les championnats du monde d’ironman 70.3, Afrique du sud.


Course, Lui, Triathlon / lundi, septembre 24th, 2018

Quand je commence à écrire ces quelques lignes nous ne sommes plus qu’à 200 kilomètres de la maison, et il est grand temps que je vous livre mon compte rendu sur les championnats du monde d’ironman 70.3 qui se tenaient en Afrique du Sud.

Comme vous le savez, j’ai obtenu ma qualification pour les championnats du monde d’ironman 70.3 à Vichy en 2017. Cela me laissait un an de préparation pour cet événement.
 
Si vous voulez en savoir plus sur Vichy, je vous laisse ici l’article  concernant ma qualification et aussi comment comprendre l’attribution des slot.

Les championnats du monde d’ironman 70.3

Préparation 

Dans les divers articles de Marine, elle vous explique un peu le parcours que nous avons eu pour arriver à ces championnats du monde.
Vu que c’était une première pour moi, j’ai eu la grande envie de performer. J’en ai rêvé !
Pratiquant dans la difficulté pendant de nombreuses semaines, avec la seule idée en tête d’aller là bas et d’y réaliser le meilleur chrono fait jusqu’à maintenant sur la distance que j’affectionne le plus. Durant la préparation, j’ai recherché des commanditaires, des entreprises, des aides extérieurs qui seraient prêtes à me pousser vers les sommets africains. Ce n’a pas été chose aisée mais quelques entreprises se sont montrées généreuses pour réaliser mon rêve de performance.

Les jours précédents les championnats du monde

C’est parti pour ce grand voyage 

Nous sommes arrivés quelques jours en avance à Port-Elizabeth, pour s’acclimater, retrouver des repères et surtout récupérer de ce voyage. 
Les copains arrivent, le mardi, et nous voici parti pour les premiers entrainements ensemble. Le mercredi, nous auront une reconnaissance du parcours vélo ainsi qu’un entraînement avec de l’intensité. 
Les jours précédant la course, nous irons retirer nos dossards, sacs, et autre goodies. Et le fameux passage obligé par la boutique Ironman, pour aller chercher les divers t-shirts et gourdes, les achats traditionnels. Durant les jours précédant les championnats du monde, Ironman avait organisé diverses courses. Le jeudi, c’est le 5km Fun Run, où Marine, accompagnée de Vanessa, prendra le départ. Le vendredi, c’est l’Ironkids. Une chance pour les bambins de fouler le même tapis que maman ou papa durant le weekend.
Le jeudi après midi, se tient la parade des nations. C’est un défilé de tous les athlètes, où l’on présente chaque pays avec le nombre d’athlètes présents.

Avant le départ de la parade des nations

Un gros weekend 

Le samedi, c’est la course des femmes

On se lève tôt ! Et on file voir les dames. Etant parti trop juste, nous ne verront pas les pro partir.

Avec Marine, nous nous séparons. Ce qui lui permettra de se déplacer un peu partout, de la plage au parc à vélo et même de remonter vers le départ à vélo. Personnellement, je me dirige vers le départ à vélo. Car je veux voir comment les pros démarrent.

La veille, nous avions été voir la sortie du parc à vélo et la pente pour sortir ne m’a pas semblé facile pour démarrer l’épreuve vélo. Alors en plus d’aller encourager notre coach, et les demoiselles sur leur championnats du monde, ça me permettra de me rendre compte du départ.

Et j’ai bien fait ! 

Nous n’arrivons pas pour le départ des pros mais nous sommes en place pour examiner le départ à vélo. Lucy Charles arrive et démarre directement en sautant sur son vélo mais en partant sur son grand plateau. Elle peine un peu. Ensuite, ça défile et je remarque que le départ n’est pas si facile que ça. Je croise notre Valérie, notre coach, et je lui fait part de ma remarque.

Une belle journée bien remplie

Les voilà partie à vélo, évidemment j’ai fait plusieurs centaines de photos que je ne manquerais pas de publier que j’ai malencontreusement perdues. Les pros sont déjà de retour. La première partie n’étant pas rapide, le retour s’est effectué avec le vent dans le dos et certaines moyennes ont explosé sur le retour.

Nous encourageons les triahtlètes du jour durant leur course mais voila il est l’heure pour moi d’effectuer les derniers entrainements. Après ceux-ci et ce grâce à l’application Ironman Tracker, je vois les belges et notre amie Solène en course. Je me dépêche pour aller les encourager non loin de notre Guest house. 
 
Marine rejoint le groupe pendant que j’essaie une dernière fois, en vain, de me reposer avant le grand jour. A la place d’essayer de dormir, je commence à préparer mes sacs, mes gels, … etc.

Voyant l’heure avancer, je me dirige vers le parc à vélo pour y installer mes premières affaires. Je ferais ensuite le trajet à pied pour venir déposer mon sac course à pied dans le deuxième parc. Ce dernier ferme à 6h. J’arrive au parc 20min avant la fermeture. Ce qui me laisse le temps de voir comment celui-ci est organisé. A la sortie, je retrouve Marine qui avait passé la fin d’après midi avec le groupe.

Dimanche 2 septembre 2019

On se réveille assez tôt, de tout façon je ne dors plus depuis 3 ou 4 h. J’ai entendu le vent et la pluie tomber de la nuit. La course va être fraiche. Nous déjeunons. On fini de se préparer.

Une chance énorme que nous avons eu, c’est que Nicky qui était déjà au niveau du parc est revenu nous chercher en voiture pour nous y amener directement. Ce qui nous évitera de faire 30 à 40 minutes de marche. Au parc à vélo, je prépare mes affaires. Je prends une pompe, et je gonfle mes pneus, il ne me semble pas bien dur mais je suis déjà à 9barres. Finissant de coller mes barres et mes gels, je vois l’heure qui tourne et je file vers mon sac de transition pour aménager celui-ci. 

Ensuite je retrouverais Marine pour aller voir le départ des pros mais surtout des copains partis plus tôt que moi. Nous ferons un aller retour par rapport à l’aire de départ et leur sortie d’eau. Ensuite, c’est un dernier petit tour aux toilettes qui m’attend et j’attaque mon petit dej sport. 
C’est parti pour les championnats du monde !