Mon premier semi-marathon!


Course, Elle, En couple, Run / jeudi, mars 29th, 2018

Hey! J’espère que tu vas bien! Je te retrouve quelques jours après mon premier semi-marathon pour t’en parler, et surtout faire mon traditionnel récit de course. Au delà de pouvoir partager un moment, ça me permet de me rappeler mes débuts, mes premières fois, les fois où ça n’a pas été… Mais surtout de me remémorer de bons moments! Alors c’est parti pour ce récit de course du semi-marathon de Mons!

• IL FAUT UN DÉBUT À TOUT! •

Février 2015: Opération des ligaments croisés + méninsectomie.
Septembre 2015: Je mets des chaussures de jogging et je décide d’apprendre à courir comme il faut! Car oui, ça s’apprends. Je n’ai jamais, au grand jamais, su courir ou aimer ça. Pourtant j’en avais envie mais je faisais l’erreur de beaucoup de débutant(e)s.

Alors j’ai appris et en décembre je me lançais le défi de réaliser mon premier jogging et en prime, avec les collègues, sur la Hype Pop Run à La Louvière. Retrouve mon tout premier récit de course ici. Cet article est sur mon blog personnel car à l’époque, nous n’avions pas encore créé 2fortri.be.

Suite à ça, j’ai continué à faire quelques joggings, jusqu’à mon premier triathlon en mai 2016. J’ai réalisé quelques courses promo, des 5km en jogging et un Distance Olympique en fin de saison pour voir l’évolution. J’ai suivi le même schéma en 2017 car je voulais vraiment y aller progressivement avec mon genou.

triathlon Otan mon premier triathlon 2fortri Marine Bruxelles

En 2018, j’ai décidé de me lancer un nouveau défi et de participer à mon premier 70.3. Je trouve que c’est peut être encore un peu « tôt » mais on ne vit qu’une fois et je ne pense pas être inconsciente d’en réaliser un maintenant. Alors il faut le préparer évidemment puisque ma plus longue distance à pied était de 16 km en entrainement. Me voilà donc partie pour sortir encore un peu plus de ma zone de confort et découvrir la distance du semi-marathon!

• 2018: L’ANNÉE DE TOUS LES DÉFIS •

Mais il faut que je passe la ligne d’arrivée et que je gère ma course comme il faut. Mon but? Terminer en étant « bien » et en 2h30 maximum. En fonction de mes temps en entrainement c’est une marge confortable et surtout réaliste. Allez, il est temps que je te raconte la course en elle même!

•• GESTION DU STRESS ••

Le stress. Cette petite douleur au ventre avant le départ d’une course. J’avais de plus en plus de mal à le gérer et à un moment je me suis laisser dépasser. Mais ça va mieux et je commence à sentir la différence lors des départs de course. Ici j’ai essayé de gérer ça un maximum. Par de la pensée positive et de la relativité. Après tout je me connais, même si j’ai encore beaucoup à apprendre sur moi même. Donc je sais comment gérer ma course et me booster mentalement pour tenir jusqu’au bout. Et dans le pire des cas, ça me permettra de faire un état des lieux de ce qui est réalisable et d’en sortir grandie. Alors c’est parti pour 20km ou on essaye de prendre du plaisir et visiter!

semi-marathon de mons 2018 2fortri Marine

•• L’AVANT COURSE ••

Nous n’avons pas eu la possibilité de retirer notre dossard avant le jour de la course. Avec 2000 personnes annoncées, nous sommes arrivés tôt. Déjà pour pouvoir trouver de la place facilement et avoir le temps d’aller chercher le dossard à notre aise et sans se presser. Une fois la partie « administrative » terminée, nous pouvons profiter un peu pour retourner se préparer à l’auto et puis rejoindre la grand place de Mons pour le départ!

•• 10 PREMIERS KILOMÈTRES ••

Je me place près de Maryline pour le départ et nous sommes dans le même sas de départ que les tri-potes. Nous avons des allures différentes mais c’est bien de se retrouver avant cette longue course. Le départ est donné et on ne comprends pas trop car ils bloquent les gens puis nous laissent passer au compte goute mais les sas séparés ne sont pas très bien expliqués. Sur le papier oui, dans le réel c’était un peu plus confus. Malgré tout (pour moi en tout cas) je ne trouvais pas ça très grave puisque je ne comptais pas suivre le lièvre de mon sas (avec un ballon d’une certaine couleur) étant donné que je souhaitais surtout y aller aux sensations.

Je passe l’arche de départ et la course est officiellement commencée. La météo est avec nous et le soleil nous accompagne sans qu’il fasse pour autant trop chaud (pour un mois de Mars en même temps…). Je pars avec précaution et petits pas pour ne pas me risquer sur les pavés de Mons. Ce serait dommage, dès le départ, de me faire mal et de devoir tenir le reste de la course avec une gêne.

Les pavés sont derrière moi et je peux commencer à me sentir bien sur le bitume. La je sens que les quelques kilos repris sont bel et bien là. Je commence à me dire que c’est dommage, encore une fois, que j’ai bien perdu et puis repris un petit peu. Mais ils sont là, il faut courir avec, et ce n’est pas me plaindre ou être déçue qui va faire disparaitre le surplus. Ce serait trop beau et trop facile sinon!

•• LE GROUPE S’ÉTIRE, LA COURSE EST LANCÉE ••

Beaucoup de personnes me dépassent mais ce n’est pas grave. Je ne le vis vraiment pas comme une course mais plutôt comme une sortie longue du dimanche avec des inconnus. Je profite, je découvre Mons que je ne connais pas trop finalement. Un ravito est annoncé tous les 5 km, ce qui me permet, sans regarder ma montre, d’estimer où j’en suis sur le parcours.

Ca m’aide également à scinder ma course par étapes. Je n’ai pas mon capteur cardiaque et je ne souhaite pas connaitre mon allure. Inutile de m’ajouter une sorte de stress, de parasite, ou laisser mes pensées se focaliser sur mon temps. Je cours aux sensations, je me sens bien. Si je vais un peu trop vite je le sens aussi.

Arrivée au premier ravito (eau), je prends une petite bouteille car pas de gobelets et j’en profite pour boire une toute petite gorgée en marchant. Je me sépare malheureusement de ma bouteille à la première poubelle trouvée. En route pour les 5 prochains kilomètres. Je ne sais pas en combien de temps j’ai réalisé les 5 premiers. J’hésite à regarder… mais non. J’avoue que même quand ma montre bipe un kilomètre je ne sais déjà plus lequel c’est!

Il y a des panneaux au sol qui indiquent les kilomètres passés mais je ne les vois pas tous et finalement ça ne me dérange pas. C’est marrant, vous verrez qu’à la fin j’en ai vu plus puisque j’y faisais plus attention haha!

J’attends le second ravito au 10ème kilomètre. Encore des petites bouteilles d’eau (j’en parlerais dans le « débriefing » de la course). Je bois de nouveau une petite gorgée et m’asperge pour me rafraichir également. Je suis partie avec un gel courte distance et un gel longue distance de chez Aptonia. Le gel longue distance contient du BCAA et de la caféine pour donner un coup de boost mais également prévenir de la destruction musculaire. Je décide de ne pas en prendre au 10 ème car je n’en ressens pas le besoin.

Semi-marathon de mons Marine Télévie 2fortri decathlon la Louvière
© Pellicule Flore Mh.

•• SECONDE PARTIE DE COURSE ••

Allez, je vois le panneau du 11ème kilomètre, je suis à la moitié de la course! Magnifique. Jusqu’ici tout se passe de manière positive. J’ai un peu trop chaud mais je préfère ça que d’avoir trop froid! J’ai mis un thermique manches longues, une trifonction (Aptonia courte distance), le t-shirt du club et un tour de cou hiver au cas ou, ainsi qu’une paire de gants.

Bon, le genou commence à faire un peu de caprices, mais je m’y attendais. Je décide de ralentir légèrement mais surtout, de ne pas m’arrêter. Ce n’est que le début des douleurs, on verra par la suite. Dans tous les cas c’est supportable et c’est une douleur connue donc pas de panique!

Le ravito du 15ème kilomètre est là! Waouw, j’y suis presque! Allez Marine, courage! Je sens que je commence à faiblir un peu et je sens que j’ai du liquide qui arrive dans le genou. Je profite du ravito pour prendre mon gel longue distance avec de l’eau et redémarrer aussi tôt. Si je m’arrête trop longtemps je suis certaine que le liquide va se refroidir et du coup se solidifier un peu dans le genou. Ce n’est peut être pas vrai mais c’est mon sentiment et c’est également, je pense, ce qui a posé problème lors du trail.

Juste après le ravito il y a une petite montée assez sympa… mais pas d’excuse, je trottine, fait de petits pas et me dit qu’au 16ème km il n’en restera que 5 et ainsi de suite. Je cours majoritairement seule, il y a un petit groupe devant moi mais que je ne tiens pas et que je ne souhaite pas accrocher non plus. C’est aussi un entrainement au mental, voire de quoi je suis capable, seule.

semi-marathon de mons 2fortri Marine départ Télévie
© Pixel & Poivre

•• LA FIN EST PROCHE ••

Kilomètre 17, 18,… le genou fait mal, mais ça n’empire pas. Du 12 au 16ème douleurs légères, après le 16ème ça commence à faire un peu plus mal, mais encore une fois ce sont des douleurs déjà rencontrées et je sais que c’est uniquement lié à l’effort. Alors je mords sur ma chique! Je fais attention dans les virages en épingle et surtout où je pose les pieds dans les sentiers plus techniques.

Je pense à Julien, où en est-il? Comment s’est passé sa course? Avec ses problèmes de sommeil ce n’est pas facile pour lui et je suis d’autant plus admirative de ses prouesses alors qu’il n’est pas en pleine forme. Je pense aux autres personnes présentes sur la course. Comment ça se passe? Est-ce que tout va bien? Quelles sont les sensations? Des pensées qui m’éloignent de ma course et c’est là que je me rends compte que je cours par automatisme. Alors je ne m’arrête pas.

19 ème kilomètre, mon dieu, j’y suis presque… 20 ème, on arrive près de la Grand Place et je fini par apercevoir l’arche d’arrivée. Je l’ai fait!!! Jusqu’au bout, j’ai rien lâché, j’ai couru, j’ai pris du plaisir même si c’était difficile!

Julien est venu m’encourager sur le dernier kilomètre et m’accompagne dans la dernière montée. Je suis littéralement au bout de mes forces et ça se voit. Mais je ne lâche toujours rien, pour qu’il soit fier de moi, pour que je sois fière de moi, de nous. J’en profite pour lui demander comment s’est passé sa course. Son récit me permet de m’évader une dernière fois de la course avant de passer la ligne d’arrivée.

•• FIÈRE FRANCHIR LA LIGNE D’ARRIVÉE DE CE SEMI-MARATHON ••

semi-marathon mons télévise 2fortri Marine
Mes jambonneaux et ma médaille haha!

Je passe la ligne d’arrivée, en me sentant bien. Objectif numéro 1 réussi. Un petit coup d’oeil à ma montre pour constater en plus que je termine cette course en 2h15. Objectif numéro 2, réussi! Je récupère ma médaille et retrouve Julien de l’autre côté. Après le bisou d’avant course, il y a le câlin d’après course! Quelques larmes de soulagement, de fierté, d’amour, de reconnaissance, de joie… que du bonheur! Il est temps de rejoindre le dernier ravito de la course, le ravito d’arrivée et de faire un débriefing de ce premier jogging!

semi-marathon de Mons télévie 2fortri Marine

• DÉBRIEFING PREMIER SEMI-MARATON DE MONS AU PROFIT DU TÉLÉVIE •

Je me permet de faire un débriefing de la course loin de la pour critiquer l’organisation mais pour leur permettre de s’améliorer si ils réitèrent l’expérience. Il y a certes du négatif mais il y a également beaucoup de positif. Pour une première organisation ils s’en sont bien sortis. Ce n’est jamais facile d’organiser un jogging. Déjà pour 200 personnes ce n’est pas une part de gâteau mais alors pour 2000… Je conçois tout a fait que tout le monde ne sera peut être pas d’accord avec moi, mais encore une fois les remarques qui seront émises seront bienséantes et constructives. Nous ne sommes pas au tribunal et avant tout ce jogging j’y ai participé pour le geste!

Parce qu’il faut d’abord les féliciter pour tout ce qui a été, je vais commencer par le positif.

  • Le parcours. Il y a un peu des deux mais je l’ai trouvé très agréable à 90%. Les 10% qui m’ont moins plus sont subjectifs! Dans l’ensemble j’ai pu visiter quelques chouettes endroits, courir sur des routes correctes. Pas totalement plat mais pas trop valloné non plus.
  • Le prix. 15€ je trouve que ce n’est vraiment pas cher. Dans ces 15€, les premiers inscrits ont reçu un t-shirt (j’en fais partie). 3 ravitos sur la course en eau et orange pour le dernier ravitaillement + un ravitaillement d’arrivée. Si ça avait coûté même 20€ ça aurait été encore un prix très correct.
  • Le pré-retrait des dossards + inscriptions. Même si je n’en ai pas profité il y a plusieurs dates qui ont été proposées pour retirer les dossards et s’inscrire sur la course. Notamment au Decathlon de Mons. Un endroit accessible et qui permet, le jour de la course, d’être plus relax.
  • Le folklore. Il n’y a pas à dire, pour une première édition il y avait pas mal d’animation dans le centre de Mons et ça donne du pep’s pour le départ et du baume au coeur à l’arrivée!
  • Le geste. Le jogging était avant tout organisé au profit du Télévie et si on peut aider ceux qui en ont besoin tout en faisant un sport qu’on aime, alors c’est bingo!

Pour la prochaine édition (si il y en a une) voici ce qui pourrait très amélioré, dans la mesure du possible et des moyens, évidemment:

  • Communication. Après l’inscription sur chrono race et la confirmation par mail, silence radio. J’ai été au courant des sas parce que d’autres participantes sont venues m’en parler. J’ai donc constaté que toutes les communications passaient par la page Facebook. Un mail récapitulatif (même un seul) un ou deux jours avant la course c’est bien. Ça permet de centraliser l’information dans une seule communication et surtout d’informer les personnes qui n’ont pas Facebook (et aller chercher les bonnes publications).
  • Ravitaillements. Les ravitos en eau c’était très bien (surtout qu’il y avait des ravitos communs pour plusieurs distances). Ce que je trouve dommage c’est d’avoir distribué des bouteilles. Un gobelet est suffisant et si ce n’est pas assez pour une personne elle peut toujours en prendre un second. Il y a eu énormément de gaspillage je pense. Surtout que lors du ravitaillement d’arrivée il n’y avait plus rien à boire. J’étais contente du choix de solides proposés (oranges, banane, abricots sec, pain d’épice,…) mais malheureusement rien de liquide. Je sais que l’organisation a fait son maximum car quand nous avons demandé, des personnes étaient parties chercher des boissons.
  • Inscriptions. Je ne suis pas réellement concernée car inscrite très à l’avance mais beaucoup de personnes étaient mécontentes de la clôture anticipée des inscriptions. Je trouve que la clôture anticipée en soi était sécuritaire. 2000 personnes, quand ce n’est pas prévu, c’est déjà une belle marge! Donc c’est tout à l’honneur de l’organisation d’avoir privilégié la sécurité, d’avoir créé des sas de départ pour les allures différentes et d’avoir, au dépends du mécontentement de certain(e)s, clôturer les inscriptions prématurément. Cependant, pour la prochaine édition, il serait peut être plus facile pour l’organisation (et surtout moins sujet à controverse) de ne pas donner une date de clôture mais un nombre d’inscriptions possibles. Au moins les personnes verront le nombre de places encore disponibles et n’attendront pas la dernière minute pour s’inscrire. Ensuite cela permettra à l’organisation de ne pas prévoir des choses en dernières minutes, de se retrouver dans le jus ou avec des personnes mécontentes (ce n’est jamais plaisant surtout quand il y a pas mal de travail déjà fourni derrière). Cela m’amène au dernier point (qui est plus « matériel » qu’autre chose).
  • Médailles. Beaucoup ont été étonné(e)s de recevoir la « seconde médaille ». Il y avait une jolie médaille du semi marathon offerte à tous les participants. Seulement le nombre de médailles prévues pour la course n’était pas suffisant puisqu’il y a eu  plus d’inscriptions que prévues. Les délais pour avoir une deuxième série de médailles étant trop long l’organisation a du trouver une solution de secours et plus rapide. Encore une fois, tout à leur honneur d’avoir pu offrir une médaille à chaque participant(e)s malgré tout. Qu’elle soit moins jolie ou pas, je suis contente de ma médaille. Et puis comme Julien court vite, lui il a reçu la première hihi. Donc chez 2fortri au moins on a les deux!

Dans tous les cas, félicitations à l’organisation, qui pour une première s’en est bien sortie. J’espère que l’engouement des citoyens pour cette course aura permis au Télévie de générer des bénéfices conséquents pour leurs projets. En tout cas si la course est de nouveau organisée l’année prochaine, j’y prendrais très certainement le départ!

semi-marathon de mons télévise départ 2fortri tri couple
<3