Ironman 70.3 de Jönköping – Lui


Lui, Triathlon / mercredi, août 2nd, 2017

Nous sommes le jeudi 6 juillet, il est 4h52 du matin et je suis en retard! En retard pourquoi me direz vous? Dans quelques heures, je dois prendre un vol pour la Suède et plus précisément pour Jönköping! Me voici parti pour suivre Nicky et Olivier pour une aventure qui se promet d’être ironmanistique !

Jönköping , est une ville au bord du lac Munskjön (Suède), où se déroule début juillet l’un dès premier Ironman 70.3 de la saison. Nous sommes actuellement dans une année où les championnats du monde se déroulent en Afrique du sud, ce qui donne droit à un nombre plus avantageux de slot pour se qualifier sur les courses Européennes. Vous ne comprenez pas pourquoi, ni comment se fait l’attribution des slots ? Je vous explique ça ci-dessous!

C’est parti pour Jönköping !

6 personnes, 2 valises vélo, 4 bagages et 5 sac à dos ! Partis de Bruxelles pour prendre l’avion en direction de la Suède pour y achever notre voyage en Audi A6 Quatro et en Q3 Quatro. Des bolides avec lesquels nous allons parcourir un bon nombre de kilomètres durant notre périple suédois.
Nous logerons dans un hôtel à quelques rues du village Ironman, ce qui nous permettra de nous y rendre facilement. La chaîne d’Hôtel étant surement habituée, avait prévu l’arrivée de nombreux athlètes pour ce jour de fête.Ironman 70.3 jönköping triathlon

Jeudi

Après l’installation dans nos quartiers, nous passons au montage des machines. Une fois assemblées, nos deux athlètes, Nicky et Olivier, partent pour se balader et tester leur vélo. Pour ma part, j’irais également courir le long de l’eau pour ensuite reprendre dans le centre. Grâce à cela, je vais découvrir une belle partie de la ville. Après le bord du lac Vättern, je me dirige vers le lac d’aviron (Rocksjön), j’imaginais que l’Ironman se ferait sur ce site mais je me trompais.

C’est ensuite que j’ai découvert le site de l’épreuve, le lac Munksjön. Nous passerons la soirée à l’hôtel aux couleurs triathlètiques et déjà bien entourés. Le repas légèrement épicé nous fera prendre goût aux saveurs suédoises. L’envie de sucrerie d’Olivier, nous poussera à l’écart pour un petit dessert en extérieur.

Vendredi

Après une bonne nuit de sommeil, nous dégusterons un déjeuner sous forme de buffet, comme cela n’est pas permis! Il y en a pour tous les goûts! D’une part, différents yaourt frais et délicieux, de multiples fruits secs, poudre de coco, et j’en passe et des meilleurs. De l’autre, du bacon, œufs, de quoi se faire des swandichs … Etc. Le tout, accompagné de café, thé ou jus d’orange.

Dans la matinée, nicky et moi iront faire un petit jogging relativement calme, mais juste assez pour rester actif. Nous en profiterons pour faire le tour du lac Munskjön. Le même que 2000 athlètes emprunteront deux jours plus tard. Nous mesurerons, ensuite, les 500m qui séparent la sortie de l’eau du parc à vélo. Courir à pied nu sur les pavés pour appréhender la sensation à la sortie de l’eau.

Si nous sommes à Jönköping, ce n’est pas que pour chasser les slots. Nous prendrons la route de Gränna! Une ville se situant un peu plus au nord de Jönköping . C’est dans ce très beau village, typique, que nous nous sommes promenés durant quelques heures. Nous découvrirons une fabrique artisanale de bonbons aux différentes saveurs mais toujours mélangées à celle de la menthe, une spécialité locale. Ensuite nous prendrons la direction du parc naturel de Röttle, pour nous évader dans les espaces verts.
Le vendredi soir va être considéré au briefing des athlètes sur l’organisation du jour J.

Samedi

Malheureusement, la météo n’est pas avec nous. Après un bon déjeuner et un peu de repos, nous irons chacun de notre côté pour faire nos entraînements personnels et terminer par une session natation dans le lac, où les athlètes se départagerons une partie du triple effort.

Ironman 70.3 jönköping triathlon

Le programme de l’après midi va se résumer à la préparation des vélos et des différents sacs pour le lendemain. C’est vers 15h30, que nous irons déposer les machines car l’heure limite est de 16h. L’éclaircie est là et nous espérons que le temps restera ainsi. Malheureusement moins de 10min après avoir quitté le parc, nous essuyons une grosse averse. Les vélos sont rincés.

Ensuite, nous irons reconnaître l’intégralité du parcours vélo ainsi que les différents lieux où nous pourrons admirer et encourager nos athlètes. Encore une belle balade avec ce joujou, pour ma part cette Audi A6 Quatro ne me laisse pas indifférent.

Dimanche

Jönköping Ironman 70.3 !

50 slots disponibles ! 1900 athlètes, 40 pays, 80% de suédois, vont se les disputer pour aller aux championnats du monde d’Ironman 70.3 qui se joueront en Afrique de Sud en Septembre 2018.

Réveillés bien avant l’heure à laquelle, nous avions prévu de nous lever, Nicky et moi patienterons calmement avant d’aller déjeuner. Je laisserais Nicky et Olivier prendre leur déjeuner ensemble pendant que j’irais déplacer la voiture. Aujourd’hui, ils ont leur course mais nous allons devoir courir pour aller les voir sur le parcours.

6h-6h30, voilà que les triathlètes venus d’un peu partout défilent dans la grandes pièces et profitent d’un copieux buffet. Dans un silence presque religieux s’échangent des regards, des sourires mais je ressens le stress de chacun. Je ne fais pas la course mais je suis sûrement autant stressé qu’eux, et mon appétit va me trahir. Ensuite, pendant que mes deux compères vont finir de se préparer et prendre la direction du parc à vélo, j’en profite pour prendre des forces et profiter de ce calme. Me ressourcer avant la tempête.

Finissant un peu plus tôt, je décide de prendre également la direction du parc vélo et d’aller les soutenir dès le début. Je pense que le fait d’avoir un accompagnant qui est complètement dans leur monde aide considérablement. Les derniers conseils et d’autres attentions sont des petits actes qui ne sont pas négligeables.

L’heure avance vite, et ils doivent commencer à s’échauffer. Pour ma part, je m’occupe des sacs et aussi des bouteilles d’eau. Celle qui serviront à les asperger juste avant le départ, car il y a plus de 15 min entre la fin de l’échauffement et le départ de la course.

Les pros sont sur le point de partir, ce qui annonce leur départ sous peu. Normalement Olivier devrait partir quelques minutes avant Nicky. Nous attendons au loin sur le bord de l’eau. Même si ils sont dans les premiers, les reconnaître n’est pas chose facile ! Je profite du matériel du cameraman Ironman, qui filme le départ, pour essayer de les voir. Les pros sont partis en fanfare.

Voici leur départ, je scrute au loin me disant que par chance, je pourrais les voir. Hésitant à un moment, car je pensais avoir vu Nicky au loin mais pas Olivier je me suis dis que cela n’était pas possible. 3 secondes ensuite je reconnais le second par sa démarche et son style atypique, et surement avec l’habitude que nous avons de nous entraîner ensemble. Toujours pas de Nicky à l’horizon. Nous décidons d’avancer sur le pont, à peu près à 400 m du départ.

Ironman 70.3 jönköping triathlon

Un nombre incalculable d’athèles nous passent devant. Par chance, c’est Olivier que nous reconnaissons en premier ! Un style de nage typique que je reconnais à travers tous, c’est normale nous nageons de la même façon. Mental d’acier, bagarreur dans l’âme ! Il ne lâche rien, et ce même quand il a quelqu’un sur l’épaule. J’avais donc bippé ma montre au départ Olivier, pensant qu’il partirait premier et j’avais vu juste. Très content, j’informe les coachs qu’il passe les 500 premiers mètres en souplesse en 6’53 (à vue d’oeil). Nous, sa femme et son petit lou présent, amis, on l’encourage vivement.

Nous entendent-ils dans l’effort et surtout dans l’eau?

Sans certitude, mais nous faisons tout pour qu’il nous entende. Nous cherchons Nicky, personnellement je ne m’inquiète pas très vite mais les secondes me semblent longues, très longues ! Nous avons du le rater ce n’est pas possible, car nous sommes déjà sur le retour des premiers athlètes où nous recroisons Olivier. Les pros sortent en 26′ en moyenne. Woaw c’est long ! C’est trop long, la distance de nage n’est sûrement pas précise. Nous n’apercevons toujours pas Nicky, caché dans tous les athlètes.

Sur la route pour prendre l’auto nous apprenons, par les coachs, que Nicky sort premier à quelques secondes d’Olivier. C’est pour cela que nous l’avons raté, je m’attendais à le voir après mais il avait pris les devant.

Ma mission de chauffeur et de communicateur !

Elle est simple ! Amener tout le monde à bon port et surtout avant que nos athlètes nous passent sous le nez. Ainsi avec l’aide des coachs nous pourrons leur communiquer leur place, pour jouer le slot !
La partie de la mission la plus complexe est pour nos coachs ! Calculer les athlètes de toute la catégorie de Nicky et Olivier, et ce en même temps. Cela relève simplement de la folie, car ils sont plus de 500 athlètes à visionner et à compter.

Pourquoi faire cela ?

A cause du rolling start ! Superbe idée pour faciliter la natation de chacun mais pas pour celui qui joue le slot. C’est quoi le rolling start d’abord ?
Un nombre X de triathlètes partent toutes les X secondes. Ici, 4 personnes partent toutes les 4 secondes. Cela signifie qu’un athlète moins bon nageur partant 10 minutes après vous mais qui roule ou cours plus vite que vous se retrouve virtuellement devant vous. Cela sans que vous ne le voyez.

Au premier point de passage

Au 26ème kilomètres du parcours vélo, nous faisons notre première halte. Normalement, nous devrions les voir passer plus ou moins en même temps mais nous avons entre 10-15 minutes d’avance. Quenéni, après 5 minutes à peine les voici déjà devant nous. Directement les échanges d’informations et les encouragements vont et viennent. Malheureusement à ce stade de la course, le classement reste très confus. Pour ma part, je leur donne une place approximative et je leur dit de tout donner qu’ils sont vraiment bien. Après le passage de Nicky, nous reprenons la route.
Normalement, je dois déposer les demoiselles à Jönköping et moi si j’ai le temps je remonte au 65ème kilomètre à Ölmstad.

Ironman 70.3 jönköping triathlon

Au moment de faire demi tour, elles me regardent et me demandent « qu’est ce que l’on fait ! ? » – voulant me préciser qu’elles voulaient venir avec moi au kilomètre 65.

En fait ce matin, je n’ai pas fait que déplacer la voiture au lieu dit. J’ai reconnu la ville, dans un calme paisible. Pensant que la ville, serait fermée lors de la course, j’avais étudié tous les parcours possible pour sortir et rentrer dans le ville. Par chance, rien n’était fermé. Une chance pour nous.

A Ölmstad

Accessible rapidement, nous arrivons en même temps que les pros. Là aussi on se divise la tâche. Les filles à gauche moi à droite pour la distribution des informations. Là aussi c’est assez complexe car nous n’avons que les informations vues au 26ème kilomètre malheureusement. Nous les encourageons à tout donner jusqu’au bout et de ne pas avoir de regret. Ils sont impressionnants ! Les relances sont vraiment faites en puissance. Oli à l’air bien, je lui crie mes conseils, mes encouragements et les messages des coachs. Je fais de même au passage de Nicky mais il n’a pas l’air au meilleur de sa forme.

Retour à Jönköping

A toute vitesse, car c’est ici que le parcours vélo est le plus rapide (en tout cas sur papier). Ils sont en pleine descente et malheureusement ils ont le vent de face, et va leur faire perdre du temps.

Je dépose les demoiselles près du parc vélo. Ensuite elles se déplaceront au centre, là où elles auront le plus de chance de les voir et de les encourager. Pour ma part, j’ai pris le pont. Où je vais m’amuser à courir d’un côté à l’autre pour ne pas les rater. Les informations sont plus précise, mais avec la distance entre le premier et le deuxième passage c’est vraiment compliqué. Sans relâche les encouragements fusent et ça les booste. Nous savons que Oli tourne autour de la 6ième place mais nous n’avons malheureusement aucune information concernant Nicky, qui souffre sur le parcours pédestre.

Ironman 70.3 jönköping triathlon

Finisher

4h27 pour Oli, terminant à la 10 place catégorie, 42 ème au scratch.

4h52 pour Nicky à la 25ième place de sa catégorie.

Nous sommes très fier d’eux, cette course n’était vraiment pas évidente. D’un point de vue du parcours où de la météo, car il faisait froid ce matin à l’entrée de l’eau et vraiment chaud au moment du semi marathon.

Le parcours vélo est simplement magnifique ! Une fois les 15 premiers kilomètres passés, celui-ci passe à travers des petits villages typiques, des bois gigantesques ornés de lacs magnifiques. Et les spectateurs avaient fait le déplacement !
Le parcours pédestre revisité est bien mieux que celui de l’an passé. Le team manager a été largement applaudit lors de la cérémonie pour cette belle modification et je peux en conclure, par de nombreux commentaires, que celle-ci a été fort appréciée.

L’après course

La soirée va se dérouler dans le superbe bâtiment où avait eu lieu, quelques jours auparavant, le briefing de course. C’est la remise des prix !

Nous verrons les vainqueurs pros mais aussi ceux de chaque catégorie! Ensuite vient la récompense, la délivrance des slots!
Olivier, 10 ème, peut espérer en avoir un. Avec le roll-down, c’est-à-dire que si le premier athlète ne prend pas la place pour les championnats du monde, il sera proposé au 2 ème et ainsi de suite jusqu’à ce que que tous les slots déterminés aient trouvés preneurs.
Le nombre de slot alloué à une catégorie est calculé suivant le nombre de participants. Je vous explique cela très bientôt dans un futur article.

Nous sommes à la remise des prix, la tension est présente. Nous ne savons pas si les participants juste avant Olivier sont là ou si ils veulent prendre part au voyage en Afrique. Après la remise des classements par catégorie, beaucoup de personnes sont parties. Nous calculons, 5 slots sont déterminés pour sa catégorie. 5 refus ou absents et Olivier montera sur l’estrade.

 

C’est autour de sa catégorie, 2 avant lui prendront le slot et vient son tour! Heureux, tout sourire pour lui car Nicky et moi on sait qu’il s’est battu comme un lion pour se retrouver ici.

Voilà, il partira pour l’Afrique du Sud en Septembre 2018.

Pour Nicky et moi nous savons ce qu’il nous reste à faire. Nous passerons une bonne soirée accompagnées de quelques bières dans un pub Irlandais !

Une fois rentrés à l’hotel, Nicky et moi commençons à discuter ! Entre passionnés c’est toujours une bonne discusion qui commence. Voilà que Nicky, se met à rêver d’Afrique aussi ! Changement de programme pour lui. Il devait faire un demi début Août, ça tombe bien il y en a un en Pologne !

Nous partons donc à la chasse aux slots !