Batifer Triathlon à Bertrix – Elle


Course, Elle, Triathlon / dimanche, mai 7th, 2017

Mon premier compte-rendu de triathlon pour la saison 2017, ENFIN! Depuis le triathlon de Oupeye je n’attendais qu’une chose, vivre ma deuxième saison! Elle est officiellement commencée depuis que j’ai pris le départ du Batifer Triathlon organisé à Bertrix!

Hello Stress!

Quelques jours avant la course, je commence déjà à en rêver. Elle se déroule tout simplement dans ma tête ou alors j’imagine x ou y péripéties. On arrive en retard, je ne sais pas prendre le départ, j’ai oublié mon vélo, et ainsi de suite. Puis les jours précédents la course (je dirais jusqu’à 3 jours selon la course), je ne pense qu’à ça. Je pense aux sensations que je vais éprouver, aux difficultés rencontrées, à la satisfaction de terminer. Mais je deviens aussi un peu désagréable avec Julien. Ce n’est pas contre lui, mais je n’arrive tellement pas à gérer mon stress que je suis sur le qui-vive.

Alors pour le premier de la saison, on peut dire que le stress était à son paroxysme! Heureusement pour moi, il se transforme en « bon » stress durant la course. Enfin je crois.

RACE DAY – Hello Bertrix!

Ca y est! C’est le jour J! Jour tellement attendu, d’autant plus que quelques jours auparavant nous avons appris que le triathlon de l’OTAN, l’ironmanneke, était annulé. Pour info, il avait lieu le weekend suivant celui de Bertrix. J’ai donc pour objectif pour Bertrix de reprendre la saison en douceur. De voir comment se passent les transitions, le vélo et surtout la course à pied, mon point faible!

Petit déjeuner de jour de course, check list du matériel de triathlon, affaires préparées la veille, une nuit de sommeil, on est prêts! Stressés, mais prêts! On prends le départ vers Bertrix qui est à 1h30 de chez nous. Je prends mon livre, ce qui me permet de penser à autre chose…

Pré-course

Batifer Triathlon, Elle, 2fortri, Triathlon Bertrix

Retrait du dossard, on prépare le bac à transitions, le nécessaire pour la course, gourde, etc. Équipée de mon dossard n°43, ma puce, et tout mon tralala, je me dirige vers le parc à transitions pour y déposer mes affaires.

C’est là que je me rends compte que ça fait longtemps… Je me souviens qu’en fin de saison j’avais une disposition plus rapide de mes affaires. Je savais comment j’arrivais, comment je repartais. Ici j’ai beaucoup hésité. Est-ce que je mets mes chaussures de course à pied derrière celles de vélo? A côté? Finalement j’ai décidé de ne pas trop me prendre la tête. C’est la première course, je pose mes affaires au feeling et je verrais ce que ça donne!

Après avoir tout posé comme il faut je donne mes affaires à Julien, je prends mes lunettes et je me dirige vers le départ… pfiou, je sens mon coeur battre dans ma poitrine! Heureusement que je ne mets pas mon cardio!

SWIM + T1

Direction la piscine pour le briefing et attendre le départ de ma vague. 750m dans le couloir 2. Le départ ne se fait pas par niveau, mais par âge et je sais que dans celles qui sont présentes qu’il y a quelques machines. Je nage beaucoup moins ces derniers mois. Je pense que j’ai eu un ras-le-bol de la piscine et donc j’ai moins pris le temps d’y aller. Donc je sais que ma natation ne sera pas exceptionnelle. Étrangement, pour une fois, je me mets moins la pression.

C’est l’heure de rentrer dans l’eau et de s’échauffer un petit peu. Le temps de faire un aller relax et un retour technique. Comme si ça allait faire une différence! Le départ est donné et je me place en 3ème position (sur 5). La première nage assez vite, elle me dépassera deux fois sur les 750m, pas mal!

Finalement je nage en P1+, c’est-à-dire en vitesse normale mais un peu plus vite. Je ne bats pas énormément des jambes, j’essaye vraiment de pousser plus avec les bras puisqu’après je ne les utiliserais plus! Je n’ai pas subis ma natation, mais ça ne m’a pas plu non plus. Les triathlons en piscine ce n’est pas ma tasse de thé! En entrainement la piscine ne me dérange pas, mais en course… compter ses longueurs, dépasser, se faire dépasser, être serrée dans un couloir, je n’aime pas trop.

Ma natation se clôture en 13’39 » soit le 121ème temps en nage.

Batifer Triathlon, Elle, 2fortri, Triathlon Bertrix

Je me dirige vers ma transition où je suis un peu perdue. En sortant de la piscine il y a une haie et le parc à vélo est de l’autre côté. Le chemin à suivre n’était pas super bien indiqué donc j’ai perdu 4-5 secondes à me demander quoi et puis à suivre la route. En courant vers mon vélo je fais deux constats: j’avais fait deux tresses collées pour la course. J’ai perdu un élastique en nageant. Ensuite, qu’il faisait assez « chaud » pour ne pas mettre de thermique ou veste pour le vélo.

Je prends le temps de me faire une queue à la va vite, je mets mon casque, mes lunettes, mes chaussettes et mes chaussures. On oublie pas le porte dossard, et salut!

Transition 1: 1’31 », 135ème temps sur la transition, beaucoup trop longue évidemment!

BIKE + T2

Batifer Triathlon, Elle, 2fortri, Triathlon Bertrix

C’est parti pour le vélo! Je perds un peu de temps à monter sur mon vélo à la sortie du parc! Je ne suis pas encore assez douée que pour partir en courant, sauter sur mon vélo et mettre mes chaussures. Même en mettant mes chaussures avant je ne suis pas encore assez douée pour. Il faut d’ailleurs que je travaille ça en entrainement!

Bref, je m’élance pour le vélo sans avoir eu le temps de reconnaitre le parcours. Je sais que ça grimpe un peu, que ça grimpe aussi sur la fin.

Je mouline histoire de ne pas me faire trop mal dès le début. Ensuite quand je vois que ça commence à plus descendre que monter, je mets du braquet. La on entame une longue descente assez agréable! Je mets tout à droite et je pousse le plus possible! Dans les montées je suis nulle, donc c’est vraiment en descente qu’il faut que je grappille des secondes pour compenser mes ascensions un peu longues…

Je ne suis pas prête pour le Mont Ventoux!

Une bonne descente avec un pic atteint de 51,4km/h. Après je rigole moins parce que ça monte. Tout le temps. Alors je commence « qu’est-ce que je fous là » « faut vraiment que je perde du poids pour monter plus vite ». « Faut vraiment que je roule, que je développe ma puissance pour monter plus vite » « tout ce que tu as gagné dans la descente tu le perds en montée » « vivement au parc » « je vais être foutue pour courir » et blablabla. Je termine tant bien que mal et je suis contente de voir l’arrivée!

Je clôture mon vélo sur un temps qui ne me déçoit pas mais que je ne trouve pas exceptionnel…

42’52 » soit le 201ème temps en vélo.

Ma seconde transition sera un peu plus rapide car après avoir déposé mon vélo, je jette mes affaires dans mon bac, je mets mes chaussures, ma penne et je pars à pied! Je mets 1’03 » ce qui est encore trop long car j’ai déjà fait mieux! J’avoue que même si j’avais déjà pris un repère sur ma place dans le parc j’étais un peu dans le gaz en arrivant…

RUN

C’est parti pour la course à pied! Celle que je redoute le plus puisque c’est vraiment mon point le plus faible… Je sens que je pars un peu trop vite, j’essaye de ralentir mais comme c’est en descente difficile d’estimer où j’en suis. C’est un parcours qui démarre sur le bitume en descente, puis ça monte et ça descend sur un chemin de campagne. Cailloux, herbe, terrain pas très stable, de quoi me faire perdre en confiance. Je ne cours déjà pas très vite mais j’ai toujours des appréhensions sur ce genre de terrain car j’ai tout simplement peur de me tordre la cheville ou de me faire mal au genou.

Donc départ bitume, on continue sur un chemin accidenté, on fait demi tour, on revient sur le bitume, on monte une belle côte dans l’herbe, qui casse bien les jambes, un peu moins d’un demi tour de piste d’athlétisme. Ensuite, on descends une pente vraiment raide, et on revient sur le départ de la course à pied. On refait le même trajet sauf qu’on fait le tour de la piste jusqu’à l’arrivée.

Une vraie partie de plaisir…

J’ai subi mon premier tour avec une douleur sur la partie droite du ventre. Ce n’était pas un point de côté mais ce n’était pas un problème de digestion non plus. Au deuxième tour j’ai aussi subi car une douleur à la poitrine! Je vous rassure, c’est musculaire et pas cardiaque. A partir de ces douleurs, je savais que je n’arriverais pas à faire grand chose. J’ai failli m’arrêter et marcher pour récupérer.

Batifer Triathlon, Elle, 2fortri, Triathlon Bertrix

Puis je me suis dit que j’étais en course, qu’il y avait pire que moi. J’ai pensé à Julien qui a couru un semi-marathon après une chute à vélo et des plaies à vif sur la hanche et l’omoplate. Comment puis-je me plaindre alors que je n’ai que 5km à courir et que mes douleurs sont superficielles? Alors j’ai continué, comme je pouvais, mais hors de question de m’arrêter.

Je clôture ma course à pied avec un temps pourri. Pour moi il est pourri parce que je sais que je suis capable de mieux, mais bon, on ne peut pas contrôler tous les paramètres… 30’07 » soit le 234ème temps.

C’était dur, mais c’était chouette!

Je clôture ce premier Batifer Triathlon en 1:29:09 à la 200ème place/244, 28ème femme/50 et 11ème catégorie F24/19.

C’était un triathlon où il y avait aussi du niveau car premier de la Supercoupe et de la Ladiescup si je ne me trompe pas! Les premiers finissent en un temps qui m’impressionne: 57’44 » pour le premier homme et 1h08 pour la première dame. Je me dis que quand j’ai 1h de pause pour manger au boulot, le mec il a le temps de faire un triathlon sprint. Au calme!

Après je sais que ce n’est pas la tranche que je vise. Je n’ai pas l’expérience, ni le niveau. Aucun passé dans les trois disciplines, j’ai vraiment tout à apprendre et il y a encore du chemin devant!

Au final, même si c’était difficile pour moi et que la reprise a été un peu maladroite, je suis contente d’avoir pris le départ de cette course!

Il y a de l’amélioration!

En comparaison avec ma première année, je mettais quelques secondes en plus au triathlon de l’OTAN où il y avait moins en natation et en vélo et un peu plus à pied. Mais surtout, le parcours était pratiquement plat! Pour rendre ceci plus lisible, voici un petit tableau (à chaque fois dans l’ordre: Distance, Dénivelé, Temps).

Batifer triathlon Elle Ladiescup 2fortri

Une bonne première pour la saison, je suis donc « malgré tout » contente de moi! Il ne faut pas être trop dur avec soi même, mais un minimum quand même!

J’étais quand même encore en forme pour encourager Julien lors de sa course après midi! D’ailleurs, vous pouvez lire son récit ici!

Les résultats sont également disponibles ici!

Le prochain rendez-vous de la saison sera le cross triathlon de Charleroi (en relais) et ensuite le promo de l’eau d’heure!

 

  • Heureusement que tu précises que c’était chouette dans le dernier paragraphe car on aurait pas cru jusque là 😀