La corrida de Dinant – Lui


Course, Lui, Run / lundi, avril 17th, 2017

En ce début de week-end de Pâques, nous nous rendons à la corrida de Dinant. Cette course tient sa renommée au fait qu’elle soit très précise, mesurée. Parfaite pour savoir son temps sur un 10.000m. C’est un gros rendez vous pour de nombreux coureurs.

Un 10km mesuré attire forcément du monde ! Surtout que le parcours est vraiment plat. Beaucoup en profitent pour venir se tester avant les premières compétitions de l’année. D’autres sont là pour conquérir les premières places mais au final nous nous retrouvons tous pour nous challenger.

La corrida de Dinant

corrida dinant triathlon run belgique

Parcours

Un tour de 1000m suivi de quatre tours de de 2250m pour faire la différence entre les 600 participants inscrits. C’est avec un dénivelé proche de zéro que la course va se jouer.

L’avant course

C’est après 1h de route que nous arrivons sur Dinant. Nous passons le très beau pont, orné de saxophones aux différentes couleurs, pour nous rendre sur le parcours. Très vite, je vais retirer mon dossard. Numéro 262. Je croise beaucoup de têtes connues et des têtes de séries. Bon c’est pas aujourd’hui que je frôlerai le podium.

L’échauffement

Pour la Sambrienne, je m’étais échauffé avec Olivier. La course s’était passée plus ou moins comme je voulais. Aujourd’hui, nous décidons de faire pareil. En ce jour de course nous sommes un peu juste, même un peu trop juste, et tout ne se passe pas comme je l’espérais.

La course

Après un moment de silence en mémoire à un membre du club de Dinant, les Archs, disparu trop tôt, le coup de feu est donné. C’est parti !

Prévenu que la course partirait vite, j’ai tiré un peu le frein sur le premier kilomètre même si je sens que ça va vite. Le  » bip » des montres retenti au même moment. Au passage du premier kilomètre, je suis en 3’47 ». Satisfait mais n’est-ce pas un peu vite ? Le deuxième, sur un tempo pratiquement similaire 3’47 ». Pourrais-je continuer sur ce rythme ? Après, je sens que mon ami, la fatigue, est bien présent. Je me sens lourd et pourtant je n’ai plus été aussi léger depuis bien longtemps. Le vent de face sur cette ligne droite pique un peu et pourtant il est très léger. A chaque kilomètres, les secondes s’envolent et le mental ne m’aide pas à sortir de là.

Toutes nos photos se retrouvent sur la Page Facebook de 2ForTri ! 

N’hésitez pas à tagguer vos connaissances!

Certaines courses se jouent au mental. Soit il est là et vous faites une course vraiment au top soir malheureusement le côté obscure vous agrippe et vous retient. Aujourd’hui, ce n’est pas pour moi. Je le sais. Suite à des crampes, je dois ralentir légèrement et je me fait reprendre assez vite, même en essayant de rester au contact, je suis aux abonnés absents.

Au finish

Je pensais réellement partir à fond dans le dernier tour, soit à 2250 mètres de la ligne. Il n’en n’est rien. Le moteur ne veut pas monter. Réveillez-vous mes petites jambes ! Vous avez eu 8 km d’échauffement, maintenant on y va !!! Pas moyen. Km 9 ! Enfin, elles se réveillent, j’en profiterai pour finir sur un 200 m correct.

Résultat

Je terminerais en 39:18 pour 10 km soit 3’57″par kilomètre. 127ème sur 600. Bien loin de l’objectif fixé ! Certes ce n’est pas mauvais, car il y a encore 1 mois et demi, je courais la portelette, parcours plus vallonné, en 56min et des poussières. Au 10ème kilomètre, j’étais en 42 min.

Pas d’excuses

Je n’ai pas d’excuses ! Sur une course comme celle-ci, nous n’avons pas le droit aux moments de faiblesse. Cela va trop vite et une fois que l’on laisse quelques mètres à ses adversaires, c’est la fin. Je dois arriver à être prêt plus vite sans me laisser atteindre par les à côtés des courses pour arriver à me surpasser.