l’arrêt forcé – Lui


Conseils, Entrainements, Lui, Triathlon / mardi, septembre 6th, 2016

Depuis Vichy, et mon superbe vol plané sur la route ainsi qu’un mal de dos après la natation m’a mis à l’arrêt forcé de la compétition et surtout de l’entraînement. Ce n’est jamais facile quand on est en forme d’être à l’arrêt, mais pourtant il le faut ! Surtout que de ne rester à rien faire aide à mieux récupérer mais aussi à s’enkiloser 😀 .

C’est vrai qu’avec le triathlon, on pourrait croire que la Off-saison arrive avec l’automne voir l’hiver, mais quenéni, c’est la ou vient commencer la préparation hivernale pour préparer la prochaine saison. Je n’ai jamais donc de grand moment de repos même si nous sommes partis sur l’île de Noirmoutier en juillet, j’en ai profité pour rouler et devenir plus fort !

Si j’essaie de remonter plus loin pour savoir quand je me suis retrouvé à l’arrêt, je dois remonter à ma première saison de triathlon, ou je m’étais blessé au doigt. C’est pour vous dire à quel point ça remonte et ce qu’il faut pour me mettre en stand-by.

L’arrêt forcé

L’avant

Vichy 16, je sors de l’eau, je vois le chrono 32:15 pour boucler 1900 m. Je commence à trottiner, « AIE mon dos « , je continue, mais bon dieu ça fait mal « qu’est que j’ai ? « . Quand j’attaque avec le pied droit devant, ça fait un mal de chien !

À plus ou moins 35 km du départ, boom me voilà glissé à terre pour goûter la joie du bitume, éclatant ma Garmin 920 XT et me brûlant sur l’épaule, le coude…etc.

Je pourrais dire que mon entrée sur le circuit Ironman a vraiment été faite aux mentales ! Je n’avais pas dans l’intention d’arrêter surtout après tous les efforts que nous avions faits !

L’après

Me voici bien arraché ! Le retour de Vichy fut assez dur surtout avec la chaleur due au départ tardif. Sur le trajet, la plaie béante de mon épaule collait au t-shirt. Marine m’étalait régulièrement de l’inflamasine, mais sur une plaie quand même ouverte je dois dire que cela me lançait assez bien. On se sent vivre comme on dit !

Le dos bloqué, l’épaule HS plus vraiment moyen d’être bien et pour dormir, c’est pénible ! Je dors toujours sur le côté touché, là évidemment pas moyen. Vous pouvez imaginer mes nuits ?

Pas de sport

Me voici super bien bloqué ! Je me décide d’aller voir un ostéo rapidement, car mon dos m’inquiète. Je prends contact directement avec l’équipe, Just Move Eat. Composée de kiné, Osthéo et nutritionniste. C’est Dean Grilli, qui va s’occuper de mon cas ! Le pauvre, vous pouvez le dire ! Quand il m’a vu débarquer chez lui avec mes plaies, épaule – hanche, il ne savait pas trop comment faire ne pas me faire mal. Je passe une séance très agréable à me faire manipuler, croquer…

Il remet les morceaux en place et  je pense que j’en avais assez besoin. Évidemment, les efforts violents sont proscrits, mais je pense qu’avec mon dos ce n’était pas vraiment jouable. Je peux quand même tourner les jambes sur le rouleau, mais à l’allure modérée. Quand je suis sur le rouleau la douleur, ça va, car rien n’est tendu. Une fois debout, mettre un pied devant l’autre n’est pas évident.

Une semaine de repos ça va, mais 2 ça devient long.

Je pense que tout est dit après l’IM de Vichy, je devais participer au triathlon de Chièvres en préparation 15jours plus tard d’Opprebais. J’ai dû être contraint de rendre ma place pour Chièvres, car dans mon état, c’était juste impossible d’essayer quoi que ce soit. C’était le premier Quart de Marine et j’avais vraiment envie de le faire avec elle ! Mais au lieu de cela, j’ai immortalisé chaque moment et j’ai pu l’encouragé tout au long du parcours. J’aurais tellement voulu lui dire que … Ah ah ça vous le saurez jeudi dans le compte rendu de Marine 

Le dimanche soir, après le triathlon de Chièvres, le psychologique avec pris le dessus sur la passion. Je voulais être fort pour Opprebais ! Mais avec le manque d’activité et le faite que je ne me retape pas comme il faut et aussi vite que je ne l’espérais, me contraint à abdiquer. Je ne serais sûrement pas prêt pour ce w-e là !

 

Est-ce que je dois participer à Opprebais avec une demi-forme ? Tout miser sur celui d’Oupeye ? Ou me retaper correctement et voir pour préparer la saison hivernale au mieux ?