Le triathlon de la Gileppe 2016 – Lui


Bike, Course, En couple, Entrainements, Lui, Triathlon / mardi, août 23rd, 2016

Nous sommes le 16 Août, hier nous étions au Triathlon de Namur. La veille nous prenions place sur le Triathlon de la Gileppe 2016, mais chacun sur nos distances respectives. Marine sur le promo et pour ma part je prenais le départ un peu plus tard dans la journée sur le quart

Dimanche

Levé tôt, 5h30, cela fait déjà 15 minutes que je suis réveillé. J’attends sans trop bouger que ma partenaire se réveille calmement pour commencer la journée. Je somnole, le sommeil me reprend, le réveil sonne, mais comme toujours je traîne un peu. On se prépare petit à petit. Dans ma tête, je me prépare à ma journée, mais je pense déjà à notre ami, partenaire, diététicien. Olivier doit prendre le départ, pour son vrai premier objectif de l’année : L’Ironman 70.3 Dublin.

Lors de notre dernière sortie en route, on en parlait. Je me rappelle des  » Ca va aller ! »  » Les efforts vont payer « , je m’en rappelle. J’étais vraiment confiant pour lui !

Après le déjeuner, nous prendrons la route vers le triathlon de la Gileppe 2016, ce n’est pas tout près, mais la route passe assez vite. Le cadre est verdoyant et le temps s’annonce très beau, se qui va rendre ce triathlon très agréable.

Arrivé au triathlon de la Gileppe

Nous voici arrivés à destination, nous croisons nos collègues d’entraînement ainsi que ceux du club, car nous sommes venus en nombre. Marine partira sur le coup de 10 h, mais si vous souhaitez voir comment cela s’est passé, je vous invite à lire son article. Je ne vous dévoilerais rien ici ! En remontant, j’essaie de me connecter au live track d’olivier. Je ne vois ni de temps en natation, pas de transition … Partait-il plus tard? Il me semblait que c’était du matin. Je suis sceptique. Un problème de chip, ça peut arriver.

Focus sur mon triathlon de la Gileppe 2016

Même si cela n’est pas facile, j’essaie de me reconcentrer sur mon triathlon. Pour une fois, je suis prêt assez vite. Je descends une bonne heure avant le départ, mais à l’entrée du parc à vélo il faut déjà jouer des coudes. C’est en plaçant mon vélo à l’endroit indiqué que je m’aperçois que je suis près de la sortie du parc. Ce n’est jamais une mauvaise chose même si je préfère être à l’entrée du parc. Ainsi, il reste de l’eau dans la combinaison, ce qui facilite le fait d’enlever cette couche de néoprène. Pour un Quart de triathlon, je pars fort léger. 2 gels accompagnés de 2 gourdes sur le vélo et 1 pour la partie à pieds me semble plus que suffisant.

triathlon de la Gileppe 2016 haute fagnes eupen

La partie natation

Dans le barrage de la Gilleppe, l’eau est comme terreuse et on y voit pas grand-chose. Le départ se donne fort comme d’habitude et nous arrivons directement à la 2e bouée, la 3e me paraît si loin. Pourtant il y a 2 tours. Les gens ne nagent pas droit, jouent la bagarre et donc freinent les autres. À la sortie de l’eau nous voici face à une jolie montée qui fait un peu mal. Je passe le parc à vélos, en 24 min.

triathlon de la Gileppe 2016 haute fagnes eupen

Le vélo

C’est parti ! D’habitude, je suis bien devant et je ne reprends personne à vélo. J’ai entendu parler du parcours, je dois bien gérer les montées pour ne pas être brûlé dans les parties plus dures. Le but de ce triathlon était de gérer son effort pour ainsi finir frais. Ici, je roule dans les parties ou ça avance bien. Me voilà, rattrapant quelques personnes ! Même un VTT ! Il y en a qui n’ont fait que 1 tour ce n’est pas possible. La réflexion se fait aussi avec quelqu’un que je croise sur les triathlons d’habitude on est devant. Bon je roule !

triathlon de la Gileppe 2016 haute fagnes eupen

Le dénivelé de cette longue partie montante me fait bien souffrir surtout que la route n’est pas dans le meilleur état, mais je continue ! On repasse sur la chaussée direction la baraque Michel, la ça va rouler ! La route a ce rendu que chaque cycliste apprécie. Au moment d’arriver sur le point culminant du parcours vélo, j’ai une BMW qui me dépasse. Particularité de cette voiture, il y a de la fumée blanche qui s’en échappe. Pour me dépasser, en plus de rétrograder elle place une accélération ! Je me retrouve, dans le nuage de son pot d’échappement !

Moment de stresse vous pensez ?

Je n’entends pas la voiture, j’essaie de voir si je ne peux pas passer sur la 2e bande, mais les voitures arrivent. Freinant et essayant d’entendre où est la voiture… Je sors du nuage, ouf, j’accélère pour repartir ! En regardant derrière moi je vois les autres athlètes sortir indemnes de cette épaisse fumée (ça aurait été une très belle photo à faire, mais pas le temps de m’arrêter). Je roule à fond ça descend assez vite. À part vraiment un virage, mal indiqué ainsi que mal négocié de ma part, le reste du tracé est clair et incisif.

La course à pied

Le but de mon triathlon de la gileppe, n’est en aucun cas de « m’éclater la gueule » pour ça j’aurais Vichy, dans 2 semaines. Arrivé dans le parc à vélos, je sens que mes jambes sont trop légères ! Ce qui n’est pas toujours une bonne chose, car elles vont me donner la sensation de pouvoir pousser sur quelques kilomètres avant de se raidir et de devenir très lourdes.

triathlon de la Gileppe 2016 haute fagnes eupen

Mon départ à pied se fait calmement, je préfère gérer ma course. Il fait chaud même si nous sommes bien à l’ombre, la chaleur se fait sentir. C’est en commençant le deuxième kilomètre que je sens que mon organisme ne va pas me laisser tranquille sur ce 10 km.

Au turn point des 2,5 km, je vois que je suis pourchassé par plusieurs collègues. Je n’ai qu’une seule chose en tête, serrer les dents et foncer tout en gérant l’effort ! j’ai crû plusieurs fois devoir ralentir à cause des crampes. J’arriverais à terminer ce 10km en 43 min.

L’après course

Voici que je passe la ligne et suite à quelques petits soucis intestinaux, je ne traînerais pas au ravitaillement. Juste avant d’aller prendre ma douche, le couperet tombe. La nouvelle m’apparaît comme un coup de massue ! Olivier est tombé dans les 10 premiers km et n’a pas su repartir… Gravement touché sa saison s’arrête la malheureusement. Je suis bouleversé, mon sac me semble peser une tonne ! j’ai envie de m’arrêter, de m’asseoir… Nous ne ferons pas Vichy ensemble; je suis triste. C’est lui qui m’avait poussé à m’inscrire.

En conclusion pour ce triathlon de la Gileppe 2016

Je finirais ce triathlon de la Gileppe 2016, en 2h38. Avec 24min dans l’eau, 1h29 à vélo et 43 à pied. Plutôt satisfait de cette première dans les hautes fagnes. La partie natation me laisse toujours insatisfait, mais je ne me fatigue pas pour autant !

triathlon de la Gileppe 2016 haute fagnes eupen

Alors envie de vous lancer dans ce triathlon en 2017 ? N’hésitez pas à nous le faire savoir. 🙂