Mon premier 10km!


Course, Elle, En couple, Run / mardi, août 9th, 2016

Ce dimanche 07 Août ce tenait la Corrida de Beauraing où j’allais courir mon premier 10km! Quand je dis mon premier c’est véritablement le premier (courses et entrainements compris). J’ai déjà dépassé cette distance en entrainement mais il s’agissait de séries et j’avais de la marche dedans. Mais 10km sans m’arrêter, jamais… Comme cette journée a été riche en péripéties j’ai décidé de vous raconter tout ça!

Au programme du jour: Julien va jusque là-bas en vélo tandis que moi je prends la voiture. Le départ de la corrida sera donné à 10h30 et Julien démarre de chez moi vers 8h30. Autant vous dire qu’à peine parti je savais qu’on allait être un peu en retard. J’ai décidé de rester optimiste et positive. Si on démarre en retard tant pis, ce n’est qu’un jogging.

En route!

Je prends donc le départ en voiture vers 9h et je me rends compte qu’il faut une bonne heure pour me rendre jusque là. Je savais qu’il y avait une trotte, mais je ne pensais pas autant. Ce n’est pas grave j’y serais vers 10h ça devrait être gérable.

J’arrive bien vers 10h et je ne met pas trop de temps à trouver une place. De là, je décide de courir jusqu’au point animé (ravito, départs) en me disant que les dossards se retirent là-bas. Que nenni, c’est à la piscine qu’il faut aller chercher son saint graal. Ne sachant pas où se situe le bâtiment, je décide donc d’y aller en courant histoire de ne pas trop être en retard.

Je retire nos dossards à 10h15. Je me dis que là, ça va être short le temps de retourner à l’auto, en courant, de mettre mon capteur, ma penne, boire un coup, préparer l’auto pour que Julien puisse y mettre son vélo. Comme je serais d’office en retard je vais l’attendre. Ainsi je suis sure qu’il peut mettre son vélo dans l’auto et qu’il puisse participer à la course.

10h27. Le temps que j’aille sous l’arche je serais d’office en retard et Julien arrive à ce moment là. Quitte à être en retard, je décide de lui donner un coup de main mais il fini par me dire d’aller commencer ma course!

Je cours donc jusque là, constate que pour une fois, le départ n’est pas donné en retard (pour une fois que ça m’arrangeait). Je demande la direction de la course et passe la borne pour que ma puce s’enclenche. Sauf qu’en fait on s’en fout, le départ est le même pour tout le monde donc j’aurais du couper directement et pas redescendre les quelques mètres juste pour la borne.

Ca y est, c’est parti!

4 boucles de 2,5km m’attendent. Je sais que le dénivelé est pratiquement inexistant ou minime donc ça devrait aller. On commence par une loooooongue ligne droite d’1km, un turn point avec ravito en eau là on parcourt quelques mètres et on rentre dans les rues du village.

Je suis plutôt « bien partie » même si je n’ai déjà plus aucun coureurs à l’horizon. J’aperçois qu’ils sont déjà en train de rentrer dans les rues. A peine arrivée au turn point que le premier me dépasse déjà.

Je prends une petite gorgée d’eau, me rince la bouche et essaye un maximum de rester concentrée. La course je la fait pour moi. J’espère la terminer en dessous de 1h15 et ne pas m’arrêter. J’essaye de gérer l’effort au mieux mais je ne supporte pas des masses la chaleur et je cherche l’ombre.

Je ne termine pas ma première boucle que je commence à avoir des petits points de côté. Je continue de courir, ils finiront bien par passer. Mon premier kilomètre je le réalise en 5:53min/km et le second en 06:10min/km. J’ai l’impression que je n’avance pas mais en même temps j’essaye de me concentrer sur mon rythme et de ménager mes forces.

J’entame mon second tour. Il fait chaud, j’ai déjà les jambes qui commencent à être plus faibles mais je tiens bon. Hors de question que je m’arrête, je continue au mental. Après tout, comment faire d’autre? Je ralentis mon allure sans spécialement m’en rendre compte et je continue de me faire dépasser.

La, ça se corse…

J’entame le 3ème tour difficilement. La longue ligne droite sans ombre n’aide pas trop mais pas le choix de la faire! Je me motive mentalement je me dis que après ce tour-ci il ne m’en restera qu’un et que ça va aller. Ce sera difficile d’y arriver en dessous de l’heure, je n’ai pas le même rythme que pour le jogging de Gembloux et les conditions sont différentes.

Je croise Julien qui est à son dernier tour au turn point et il me donne son gel en voyant que je commence à avoir physiquement difficile. J’hésite à le prendre car je ne pensais pas en avoir besoin sur un 10km mais quand je constate à quel point je me sens faible (jambes molles, nausée) je me dis que ça ne peut que me rebooster et aider un peu le moral aussi.

A la fin de mon 3ème tour Julien vient me rejoindre pour m’accompagner sur le dernier tour.

Mon premier 10km! Elle 2fortri

Psychologiquement c’est difficile. Je m’en fous d’être la dernière. Je suis partie en retard et dernière et je n’ai pas un niveau de malade en course à pied j’en suis tout à fait consciente. Mais entamer mon dernier tour en sachant que je serais là seule. Commencer mon tour en passant dans la foule car tout le monde pense que les derniers tours sont entamés et que le policier en moto doit me faire de la place pour passer avec Ju, c’est pas facile.

Allez, plus qu’un!

J’arrive au début du 4ème tour, au dessus de la petite côte et là je craque un peu. Les larmes me montent aux yeux parce que je sais que je suis presqu’au bout mais que j’ai vraiment du mal. Le problème c’est qu’en lachant les larmes, j’ai fait une sorte de crise. Une crise de quoi? Je ne sais pas! Ce n’était pas une crise d’asthme (pas l’impression) ni de panique puisque je n’étais en panique devant rien. Comme une crise d’émotions? Bref, tout d’un coup mes bronches se sont fermées et impossible de respirer correctement. Je sifflais, j’hyperventilais. Julien me conseille de m’arrêter sinon je ne terminerais pas mon tour. Reprendre mon souffle, pour mieux repartir.

Après quelques secondes ça passe. J’arrive à reprendre une respiration normale et je repars les pieds lourds. Cette longue ligne droite me tue. Je l’aime et je la déteste car c’est là qu’on peut prendre de la vitesse mais après on se mange le vent de face et la fin semble loin.

Je termine mon 4ème tour, applaudie par les quelques supporters encore présents et une partie du staff.

Mon premier 10km! Elle 2fortri

Mon premier 10km! Bravo Marine

Pendant toute ma course je peux pas m’empêcher de penser à tous nos amis qui courent des semi marathons et marathons et je les admirent! Ce n’était pas facile mais c’est parce que je sors de ma zone de confort et je n’ai pas l’habitude du 10km. Après c’est comme pour tout, ça demande de l’entrainement. Dans un an, j’espère, j’aurais la même réflexion sur la distance du semi-marathon…

Je termine ma course en 01:08:15 sur ma montre. J’ai bipé sur le tapis de départ et lors de mon passage dessus à l’arrivée. Par contre avec le retard du départ je suis classée dernière en 01:13:23. L’avant dernière termine en 01:08:13. Si j’avais pris le départ en même temps que tout le monde je suis persuadée que j’aurais pu accrocher quelqu’un devant moi et me fixer de le dépasser et ainsi de suite. Mais là à part les barrières…

Je suis fâchée après moi parce que je me suis arrêtée mais c’était nécessaire (même pas pour mes jambes mais la respiration). Mais je suis très contente parce que j’ai couru en dessous d’1h15. Pour un premier 10km je pense que c’est correct. Comme m’a dit Julien il y a 1 an je ne courrais même pas 1km sans être au bout de ma vie… Et encore même pas car j’ai repris la course à pied fin septembre!

Du boulot il y en a. Chièvres ce sera difficile pour la course à pied. Mais je sais quels sont mes points à travailler et il ne reste plus qu’à!

Merci…

corrida de beauraing 2fortri Mon premier 10km

Merci aux policiers de la course pour leurs encouragements, pour toutes les personnes présentent sur la course et leurs encouragements aussi. Mais surtout, merci à Julien. Après ses 10km il est revenu en faire 3 avec moi. Au delà de me dépasser ce que j’aime par dessus tout c’est partager ces moments là avec lui. Merci aussi à toutes les personnes rencontrées que ce soit via le GTC, les cours de piscine de Manu ou les entrainements de Marc & Va, merci à vous aussi qui m’encouragez au quotidien. C’est un plaisir d’avoir rencontré autant de personnes formidables et j’adore faire des triathlons ou des courses avec vous!

J’ai encore pleuré à la fin quand Julien m’a dit qu’il était fier et j’ai eu le même problème avec ma respiration… J’en déduis donc que pour mon premier ironman j’aurais pas intérêt à chialer avant la fin sinon je serais dans le pétrin haha!

Encore un beau challenge relevé! J’espère améliorer mon temps pour Chièvres, on verra!

Petit à petit, j’y arrive tout doucement… mais surement!