XTerra Relais – Elle


Course, Elle, Triathlon / jeudi, juin 16th, 2016

Le samedi 11 juin je participais au XTerra de la citadelle de Namur qui est le premier cross-triathlon du label organisé en Belgique! Maintenant, je ne suis pas encore folle, je ne l’ai pas fait toute seule mais en relais avec deux collègues! Nous nous sommes inscrits pour le XTerra relais en distance olympique soit 1500m de natation, 36km en VTT et 10km en trail.

J’avais franchement peur de l’aventure dans laquelle je m’étais embarquée mais la machine était lancée! Avec des collègues nous avons décidé de nous inscrire en relais car nous avions envie de le faire mais pas spécialement en complet. Personnellement je ne fais pas énormément de VTT, j’ai zéro technique et je ne fais pas de trail! Le trail et le VTT m’intéressent mais je priorise le bitume pour l’instant!

Après avoir nagé à l’eau d’heure la semaine précédente, j’avais hâte de réitérer l’expérience en eau libre! Vous l’aurez donc compris je m’étais engagée comme relais natation, Valentin en VTT et David pour le Trail. Je me suis entrainée cet hiver, même un peu trop, ce qui fait que les semaines précédant la compétition j’en avais ma dose de la piscine et j’y allais moins souvent! Mais passons, ça me plait toujours de nager et surtout la découverte en eau libre m’a beaucoup plue même si ce n’est pas du tout évident!

XTerra Relais 2fortri

J-1, nous nous rendons au briefing à l’auberge de jeunesse pour être sur d’avoir toutes les infos. La semaine a été un peu spéciale car il a fait mauvais ici puis un peu plus sec mais il a beaucoup plu en France. Du coup le débit de la Meuse était passé à 400m3 au lieu des 70m3 habituels… Trop dangereux pour nager dedans c’est la veille que l’on nous confirme qu’il ne sera pas possible de garder l’épreuve natation! Assez dégoutée car je me suis entrainée pour, j’avais fait l’eau d’heure exprès pour le XTerra et finalement je ne nagerais pas. Par contre je comprends tout à fait les raisons et que ce n’est pas de la faute des organisateurs loin de là! La sécurité des Athlètes passe avant tout!

Jour J, je stress comme pas possible et comme Julien me le fait remarquer, je suis plus stressée quand je fais un triathlon en relais que seule. Je pense que j’ai tellement peur de décevoir les autres que je me mets double pression… si pas triple! Bref, la veille nous avons été retirer nos dossards afin de se donner moins de stress le jour même et de pouvoir arriver un peu plus tard. Le départ est reculé à 13h30 nous arrivons sur les coups de 11h30 et coup de bol on trouve de la place au même endroit tous les trois!

Après avoir déposé le vélo au parc à transition, un petit échauffement s’impose ainsi que l’équipement… Coller le numéro sur le bras, mettre le dossard, pas oublier la puce, etc… Je commence à me dire que j’ai vraiment peur de la course qui m’attends…

Début de semaine je n’ai pas été très bien, j’ai eu une tension très basse mardi et ai seulement repris mes entrainements le jeudi. Pas trop d’entrainement sur la semaine, petite forme, je sentais que je n’étais pas prête, mais bon, pas le choix on allait pas déplacer la course haha!

Je me dirige vers le départ sous l’arche RedBull, entourée de multiples triathlètes en trifonction, plus affutés les uns que les autres. Et la je ne me sens pas à ma place. Je me dis mais qu’est-ce que je fous là, entourée de toutes ces personnes qui ont un niveau beaucoup plus élevé que le mien, plus d’expérience, plus d’entrainements… Bref, je me remet en question complètement.

Le départ est lancé, je décide de partir derrière le groupe. Ca ne sert à rien de partir devant pour me faire bousculer et dépasser par la suite. Surtout que ça descend directement, les gens vont filer, si on me bouscule ou quoi ça va m’énerver et surtout trop peur de me blesser avant les vacances! Je pars donc très relax et détendue (même si mes muscles le sont moins) pour la course qui commence par un tour de l’esplanade pour ensuite entrer dans les bois et entamer la descente de la citadelle. Je ne suis pas encore dernière.

Je vois que les premiers partent au sprint. Je suis vraiment admirative parce que je me dis qu’eux après ils ont encore le vélo et encore deux fois le tour de course que l’on entame après le vélo. Les descentes ne se passent pas trop mal, je fais vraiment gaffe aux endroits où je pose mes pieds. Je me ferais dépasser à une intersection où je voyais des athlètes descendre mais je ne savais pas si il fallait les remonter ou continuer tout droit, ce n’était pas très clair. C’est en demandant mon chemin à un gamin qui était là qu’il m’a indiqué la direction, tandis que deux personnes derrières moi repassaient devant. Une de ces deux personnes m’encourage en voyant que je commence à avoir du mal.

Nous sommes un peu sortis des bois, nous sommes sur des pavés, j’ai les cuisses en feu, je suis déjà très loin dans l’effort et j’ai ma première nausée (un indice: je ne suis pas enceinte). Je continue malgré tout. Je me dis que Val m’attends au parc et que je n’ai pas envie de le faire attendre trop longtemps tellement il avait hâte de commencer son épreuve! Même si il n’avait pas eu hâte, moi je n’attendais qu’une chose: terminer.

Là ça commence à devenir compliqué. On commence à remonter sévère. Le parcours c’était tout descendre, pour tout remonter ensuite et même pire; monter, descendre un peu, monter, descendre un peu, monter, monter, descendre un peu…. Pas évident, même quand on s’y attends. J’essaie de tenir un maximum, je me dis que il ne faut pas que je m’arrête de courir… Je me le répète mais en jetant un oeil à ma montre, je flirt avec les 185 pulses, c’est beaucoup trop pour moi. Ma deuxième nausée arrive. Je décide de marcher dans la dernière côte. Plusieurs facteurs ont motivé mon choix: mes pulses, ma respiration, la nausée et surtout que j’étais persuadée que j’irais plus vite en marchant au final!

Je monte, monte, monte, j’ai l’impression que ça ne se terminera jamais! Quand je reviens sur un terrain un peu plus plat ou en faux plat, je décide de recommencer à courir, tout donner, jusqu’au bout! Je recommence à courir, je sens que mes jambes sont tendues, remplies d’acide lactique, fatiguées. Mais tant pis, aller je suis presque au bout après c’est fini! Je sais que je suis la dernière, je sais que tout le monde est déjà sur son vélo depuis bien 10 minutes, mais tant pis. J’avais peur d’arriver dernière sur une course, et bien maintenant c’est réglé, on peut passer à autre chose XD.

XTerra Relais 2fortri

J’entame la dernière côte avant de revenir à l’esplanade. Des gens sont présents sur le côté et m’encouragent. Mais vous savez quoi? Je n’ose même pas les regarder tellement j’ai l’impression de débarquer sur cette course comme une touriste. Ca m’encourage quand même à accélérer pour mon retour au parc à vélo. Le chemin vers la transition est assez longue (longer l’aire d’arrivée, contourner le carré VIP, relonger le parc à vélo et enfin y accéder) mais je vois le bout et je donne tout ce qu’il me reste en essayant de sprinter. Ce ne sera pas un grand sprint j’ai vraiment les jambes très tendues et lourdes mais je ferais mon possible.

J’arrive au Parc à vélo, vidée, je donne la puce à Valentin et je suis soulagée que cette épreuve soit terminée.

Une fois que Valentin est parti je pense ne pas m’asseoir de peur de ne pas pouvoir me relever. Le problème c’est que je ne me sens pas bien du tout et que j’ai de nouveau la nausée mais la je suis carrément à deux doigts de gerber là. Un traileur qui le fais en relais aussi est encore au parc à vélo et me conseille de m’asseoir pour faire passer la nausée et pour reprendre un peu de forces. Je décide de l’écouter et de fait, ça passe quand même, ouf!

Après j’aurais l’occasion d’échanger avec deux supportrices de notre club de Triathlon qui ont fait le déplacement pour venir me voir (et les autres aussi hein) mais ça m’a vraiment fait plaisir et ça m’a redonné de l’énergie pour après ma course! Un petit tour au ravito, un petit coup à boire et je passerais le reste de la journée à encourager mes co-équipiers et surtout à passer la ligne d’arrivée avec la team de dingues avec qui j’ai fait cette épreuve.

XTerra relais 2fortri

Je retiens un bon souvenir de cette journée en général mais pas un bon souvenir de mon épreuve. Je regrette vraiment de ne pas avoir pu nager et je ne pensais pas que ces 4km allaient être aussi éprouvants. J’ai été très loin dans mon effort, je pense même trop, et même si je suis contente d’avoir terminé ça reste un traumatisme pour moi. Vous me direz, 4km c’est vraiment pas grand chose. 3 jours après j’ai les jambes encore tendues (pourtant je bois et je m’étire) et les chevilles qui tiraillent.

Au final, nous terminons notre course en 4:15:13! Par contre, mauvaise surprise, en consultant les résultats nous sommes 9èmes, et en regardant le lendemain nous sommes DSQ (Disqualifiés)! Nous ne savons pas pourquoi puisque aucune remarque sur le parcours, tout a été fait dans les règles et surtout les temps sont respectés! J’ai déposé une réclamation sur chronorace et contacté le XTerra voir si ils peuvent peut être nous éclairer…

Prochain objectif: Triathlon des Sharks en distance promo et seule cette fois! J’espère que ça ira….