Mon test du sommeil – lui


Conseils, Entrainements, Lui, nutrition, Triathlon / mardi, mai 31st, 2016

Si vous avez lu un de mes précédents articles, vous devez être au courant que je suis allé passer une nuit à la clinique du sommeil. Si vous venez de débarquer sur le blog, je vous invite vivement à lire celui-ci avant. En résumé, j’ai de gros soucis de sommeil depuis décembre. Je me suis dit qu’il fallait que j’aille passer un test, car cela joue sur mes performances physiques.

Donc nous voici enfin le jour J! Ce jour tant attendu, car je vais enfin passer ce test qui va répondre à la question de  » pourquoi je ne dors pas ? » Et je suis plus qu’impatient d’en connaître les causes. J’avais rendez-vous à 20h dans les nouveaux bâtiments médicaux à Erpent.

Avant le test du sommeil

Avant de passer le test, il y a quelques petites choses à savoir. La plus importante est qu’il faut éviter les écrans 1h avant le test (super ! Dire bonne nuit à Marine à 20 h j’adore), ce que je fais plus ou moins. Il faut aussi avoir pris sa douche, être rasé de prêt, ne pas porter de soie ni de satin …. etc. De plus le document nous indique ce que les capteurs vont enregistrer comme données.

Le test du sommeil

Après plusieurs minutes à tourner autour du centre, j’arrive à le trouver. Avec 20minutes d’avance quand même (je pense que c’est le premier RDV que j’ai où je suis autant en avance )Je me présente  directement à la réception. Très vite, c’est un infirmier qui vient à ma rencontre pour me montrer la chambre dans laquelle de je vais passer mon test du sommeil. Je prends mon repas ainsi que ma douche en 4e vitesse, car à 20 h, on commence à installer les capteurs. Une fois la douche prise, comme je revenais de l’entrainement en eau libre dans la Meuse, j’ai mis sécher la combinaison dans la douche. Espérant que personne n’aille dans la salle de bain.

Voici quelques photos de la chambre :

L’infirmier, très à l’heure, arrive avec une valise. Dans celle-ci se trouve tous les capteurs qui seront posés sur moi, ainsi que les appareils de fréquence auxquels ils seront reliés. Après quelques minutes d’explications sur le déroulement du test du sommeil ainsi que la nuit que je vais passer. Après une bonne heure, je suis rempli de capteurs. Je pense que le photo sera plus explicite :). Je ne suis relié à rien tout est transmis par ondes Wi-fi. Le test en lui même ne commence réellement qu’à 22H, donc il est préférable de couper tout ce qui est électronique à ce moment-là pour ne pas faire planter le test. Sinon on peut utiliser smartphone et laptop, pas de problème, c’est vu comme je suis déjà atteint!

A 22h, je coupe mon téléphone, mais également le Mac. Je commence à m’occuper, je lis et note mes pensées sur mes prochains articles (hey oui, je pense à vous!). Aux alentours de 23h la fatigue me gagne. Je décide donc d’aller me coucher, mais avec tous les appareils ce n’est pas évident de trouver la bonne position. C’est vrai que je me demande comment va fonctionner le test, je suis un peu pensif à ce sujet. Je commence à m’endormir. Je dors plus ou moins bien, mais à 2h du matin me voilà réveillé, je regarde l’heure je me dis « Super ça va être long » ! J’essaie tant bien que mal de me rendormir, c’est vers 3h que je replonge dans mon sommeil. Après seulement 1h me voilà de nouveau réveillé. La je commence à lire, ainsi je vais pouvoir me rendormir un peu. C’est seulement après 1h de nouveau que je repique un somme, celui-ci ne durera pas 1h. C’est à 6h que je me réveille, pas super frais, mais je n’arriverais plus à fermer l’oeil jusqu’à l’arrivée de l’infirmier, qui viendra pour me débrancher vers 7H15. J’irais prendre ma douche pour aller prendre un bon petit déjeuné.

test du sommeil triathlon 2fortri récupération

En discutant avec ce dernier, je pose évidemment de nombreuses questions. J’apprends que je fais des petites apnées à répétitions fréquentes, ce qui pousse mon cerveau à sortir du sommeil profond, mais pas assez pour me réveiller, mais je ne sais plus repasser dans un sommeil profond. J’ai un léger ronflement. Ce qui étonne mon interlocuteur, ce sont mes pulses qui sont plutôt basses. Je me trouve entre 40 et 50 me dit-il, je lui explique que c’est très bon pour moi, car cela me permet de récupérer plus vite. Voici les premières pistes que j’aurais. Maintenant je dois attendre de 1 à 3 semaines selon l’importance.

Donc me voici en train d’attendre des nouvelles du docteur. J’espère que je vais en avoir très rapidement, car mes nuits sont encore bien désastreuses. Je rêve de quelques nuits complètes ou je pourrais me reposer. Cela me permettrait de récupérer de bonnes sensations au niveau du triathlon, en plus que le weekend qui arrive, l’eau d’heure se présente à moi. Le plus important, c’est dans 3 semaines à Inden. Il faudra être en forme pour ne pas se louper !