Ironmanneke – Elle


Elle, Triathlon / jeudi, mai 19th, 2016

Ce dimanche 15 mai je faisais mon premier triathlon, l’ironmanneke. Retour sur cette journée riche en émotions et qui est le début d’une longue série!

Réveil à 6h30 pour être sure d’avoir le temps de tout préparer. OK il n’y a pas grand chose mais je suis du genre à préférer me lever trop tôt, être prête trop tôt et avoir du temps extra par la suite que d’être en retard, devoir courir dans tous les sens et ajouter du stress qui pouvait être évité. Comme me l’a conseillé mon diététicien, je bois 500ml d’eau avant de déjeuner et je déjeunerais avec des galettes de riz, du café noir, yaourt, miel et un cake protéiné, bref, un petit dej de champion.

Une fois le petit déjeuner terminé je prépare mon plat pour manger 3 heures avant la course (du riz, des petits poids, de la dinde et quelques épices pour rendre tout ça un peu moins fade) et je commence à me préparer.

Julien se moque de moi quand il voit ma check-list de départ. « Vélo? T’as vraiment peur d’oublier ton vélo?! » Beh oui, on ne sait jamais! C’est tellement gros que je serais tout a fait capable! Je préfère trop écrire et ne rien oublier hein! J’ai bien tout ce qu’il faut, casque, lunettes, penne, chaussures vélo et cap, de quoi me changer et me laver, carte d’identité, je suis prête! Stressée, mais prête!

On prendra le départ vers 9h45 le temps de charger la camionnette, aller faire un plein et d’aller vite au match acheter quelques fruits (oui j’avais fait les courses la veille mais j’avais pas pris assez de fruits pour jusque lundi…).

Il est presque 10 heures, l’heure de manger mon repas, et nous prenons le départ vers Evere! Forcément un dimanche pas grand monde sur les routes ça roule pas mal bien! On arrivera aux coups de 10h40 à l’Otan où on se fera engueuler « gentiment » (mais on voyait bien qu’il avait la haine) par le garde à l’entrée car « Le secrétariat ouvre à 11h vous êtes en avance, ça nous gêne il y a une course c’est pas évident mais bon tant pis allez-y« . En même temps j’avais envie de dire mec, si le secrétariat ouvre à 11h, les gens ne vont pas arriver à 11h… mais bon, tout ça pour nous laisser rentrer quand même.

1 heure plus tard, mon dossard, ma ship, mon autocollant et ma boite de chocolats en main (Chocolats NewTree reçus lors du retrait du dossard) je me dirige vers la camionnette pour me changer et aller faire un tour de reconnaissance du parcours à vélo. Techniquement il faisait 18km en deux boucles. Après le premier tour il s’avère qu’il fait moins que ça puisque au total de ma course j’affiche 16,8km. Le parcours est assez roulant mais il faut faire attention car pas mal de trous et bosses à éviter pour ne pas abimer son vélo! Mais pas mal d’endroits où on peut mettre son gros plateau petit pignon et pousser comme un boeuf (parce que pousser comme une vache ça en claque moins tout de suite…).

13h, après avoir déposé mes affaires au parc à transitions je décide de me rendre directement à la piscine histoire de m’imprégner de l’ambiance pour ne pas avoir trop de stress.

Natation

2fortri Marine Ironmanneke triathlon

Mon départ est lancé à 13h30 et commence sur les chapeaux de roues. Nous n’avons pas eu la possibilité de rentrer dans l’eau pour faire un aller retour et se mettre à l’aise. Au lieu de ça je suis seulement en train de mettre mes lunettes (et pas dans l’eau) que la femme donne le décompte à 5 secondes! Une fille me barre le passage pour rentrer dans l’eau je lui fais gentiment comprendre que soit elle dégage, soit je plonge sur elle, mais par tous les moyens dans 4 secondes je suis dans l’eau. Je décide de plonger et de pousser directement contre le mur, de nager à fond de balle pour passer devant et prendre une vitesse de croisière par la suite.

Sauf que. Sauf que 2 autres filles de mon couloir font la même chose. Pendant 100m nous nageons toutes les trois de front. Je bois la tasse, je ne sais pas respirer, je pousse tellement sur mes bras que ça commence à bruler et au fond de moi je me dis « allez, t’as pas besoin de tes bras pour rouler et courir donc fonce« . Sauf que la respiration c’est pas possible. Je ne m’oxygène pas bien à cause de la houle, de l’effort, de l’eau que j’avale. Je sais que je peux tenir ce rythme là quoi, encore 25m, mais après je vais me cramer pour le reste… Je décide donc de laisser les deux autres passer devant et se crever entre elles. Je préfère récupérer mon souffle et mes pulses et un peu mes bras aussi quand même. Je termine mes 500m en 9’14 ». J’ai tellement poussé sur les bras que je pense que la sortie de l’eau va être difficile (du côté de la grande profondeur) j’enlève vite mon bonnet et je pars en courant. Le chemin jusqu’au parc à transitions est assez long (bien 1 minute) mais je ne courrais pas vite car à pieds nus je suis un peu nulle pour ça et peur de me casser la gueule.

Transition swim-bike (T1)

2fortri Marine Ironmanneke Triathlon

J’arrive au parc à vélo et là il faut que je reprenne mes esprits. J’essaye de ne pas perdre de temps mais j’essaye de ne rien oublier aussi. Mes chaussettes, mes chaussures, mon casque, mes lunettes, un coup à boire et c’est parti. La fille qui est sortie première de l’eau est encore au parc et pars en même temps que moi. Au final nager vite c’est bien mais si tu ne t’entraines pas dans tes transitions tu perds très vite l’avantage que tu as pris… (Je prends des notes, je prends des notes…). Ma T1 dure plus de 2 minutes et vu le temps qu’il faisait (gris et frais) j’avais prévu une veste et un thermique pour le vélo. Tellement concentrée pour ne pas perdre trop de temps je partirais sans.

Vélo

2fortri Marine Ironmanneke Triathlon

Je pars donc sur mon magnifique B’twin Triban 540 à la conquête d’Evere, et c’est en longeant l’OTAN et en prenant de la vitesse que je me dis que ça caille, que je vois mes bras, nus, et que je me dis « miiiiiince j’ai pas pensé à mettre la veste« . La je me dis, tant pis, ne retiens que le positif: moins de vêtements, tu vas sécher plus vite et ça va moins te ralentir (aujourd’hui mon rhume me dit merci…). Malgré la reconnaissance du parcours à vélo (où j’ai surtout retenu les trous en fait) je joue beaucoup trop entre mon petit et mon gros plateau. Je tape le gros et je pense qu’après une montée arrive ou beaucoup de relance du coup je redescends et en fait non c’était plus loin… Du coup je ne gagne pas beaucoup de temps sur le premier tour mais sur le deuxième j’essaye vraiment de pousser plus mais je garde en tête que je dois courir 6km après et que je n’ai pas l’habitude non plus de courir cette distance (encore moins après de la natation et du vélo). Sur les conseils de Julien et de Nicky je commence à mouliner un peu avant l’arrivée histoire de faire tourner les jambes et que la course à pieds se fasse plus en douceur! Je mettrais 38’34 » pour faire 16,84km! Ce qui me donne une vitesse moyenne de 26,2km/h avec une pointe à 38,3 km/h, je pense fortement que c’était la belle ligne presque droite et plate où j’ai vraiment poussé sur mon gros plateau et petit pignon.

Transition bike – run (T2)

2fortri Marine Ironmanneke Triathlon

Me voilà donc de retour au parc à vélos pour passer sur ma transition bike – run. Cette transition là sera vraiment ma plus rapide. J’enlève les chaussures, je mets les baskets de course à pied (merci les lacets élastiques), ma penne, un coup à boire et c’est parti! Ma T2 durera une trentaine de secondes et j’en suis assez contente contrairement à la première.

Course à pied

2fortri Marine Ironmanneke Triathlon

Me voilà partie pour 6 km. Je ne sais même pas si il faut faire une ou deux boucles. Intérieurement je prie pour qu’il n’y en ai qu’une seule, je trouve ça moins décourageant on va dire! Je pars très légèrement. Ma plus grosse appréhension sur cette épreuve c’était la course à pied. Ce n’est pas mon sport d’origine et avec mes antécédents des ligaments croisés j’y vais très très progressivement (voir trop lentement mais mon genou j’y tiens) du coup je fais vraiment gaffe. Mais voilà, les sensations sont très bonnes et je n’arrête pas de me répéter « Si tu es fatiguée tu ralentis ta cadence, tu fais des plus petits pas, mais surtout, tu ne t’arrêtes pas avant la fin« . Je cours, je me sens bien, de plus en plus légère et mes pieds ne martèlent pas le sol (contrairement à beaucoup qui me dépassent). Ca me donne l’impression qu’ils sont éreintés et que la course leur est difficile. Un de mes objectifs était de terminer la course et me sentir bien. Je voulais vraiment que cette première fois soit une partie de plaisir, un très bon souvenir et surtout que ça me donne envie de recommencer, de me dépasser pour les prochaines fois et de voir le temps que je peux faire en le faisant de manière moyennement relax (j’ai quand même poussé un peu hein).

Pour en revenir à la course à pied, nous finirons par recouper un chemin que nous prenons en vélo et là je sais que je ne suis plus très loin et que ça va aller. J’allonge un peu plus ma cadence, j’essaye de mettre un peu plus de rythme. Je pense à ce que me dis Julien « Tiens toi droite, relève la tête » (ouai sinon je cours comme une mamy et alors?). Je sens que je suis proche de l’arrivée (enfin ce que je croyais être l’arrivée) et du coup j’essaye de mettre un peu plus de tempo. Sauf que l’arrivée c’est plus loin et que j’ai encore un tour de piste huhu -_-‘. Je me dis que aller, c’est pas ça qui va me tuer hein, donc après mon tour de piste je remets de la vitesse pour passer la ligne d’arrivée et je termine donc ma course de 6,01km en 36’39 »! Je m’étonne moi même car j’ai couru à du 9,9km/h et jusqu’à 11,2km/h en ne dépassant pas les 177 pulses!

2fortri Marine Ironmanneke Triathlon

Je clôture donc mon premier triathlon (500-16,8-6,01) en 1h28 (à la montre)! Mes objectifs étaient de le terminer en 2 heures maximum, idéalement en 1h45. Le terminer sans être dans le rouge et d’avoir brûlé toutes mes réserves. Je réalise 17 minutes de mieux que ce que j’espérais et aussi je le termine en me sentant très bien.

Pour les résultats officiels (je n’ai pas toujours bippé ma montre sur le tapis de la puce du coup…)

17ème/30 dans ma catégorie (Senior dames)
Natation: 00:10:16 9ème/30 à sortir de l’eau
T1: 00:02:50
Vélo: 00:36:56 et j’arrive 12ème/30
T2: 00:02:24
Course à pied: 00:36:47 26ème/30
Temps total: 01:29:12

Il y a des différences avec les temps sur ma montre car je ne bippais pas forcément lorsque je passais sur la borne. Je bippais ma montre à l’entrée et à la sortie du parc à transitions. Par exemple ma T2 a été très rapide mais avec le chemin jusque là le temps n’est pas le même.

Je pense que j’aurais pu faire mieux, pousser plus fort en vélo et augmenter ma cadence en course à pied. Mais ce n’était pas mon but. Pas pour l’instant en tout cas. Pour mon premier Triathlon je voulais vraiment prendre un temps de référence moyen, voir de quoi je suis capable et voir ce que le stress va m’apporter.

En tout cas je remercie énormément Julien qui a fait plein de photos de nous, qui m’a supporté pendant cette journée et les jours qui ont précédés (le stress ne me rends pas des plus agréables sauf si vous me donnez du chocolat… hum) et aux personnes présentes qui nous ont encouragées. Ca a vraiment été un plaisir de partager cette journée avec d’autres membres du club, notre diététicien (une machine, il termine 2ème classement général et premier dans sa catégorie en 1h de course), les conjoints, les enfants, ceux qui débutent et ceux qui venaient chercher un résultat. Bref, en plus d’avoir passer une belle journée parce que c’était mon premier triathlon et que je n’en reviens pas moi même de l’avoir fait, c’était une belle journée parce qu’on a pu la partager à plusieurs, tous niveaux confondus et que je suis sure qu’on est tous et toutes fier(e)s les uns des autres! En tout cas moi je le suis de vous tous! Merci aussi aux personnes qui m’ont encouragée par commentaires via le blog, Facebook ou même sur snapchat! Merci à Manu, mon coach depuis mars. Je pense que j’ai vraiment pu apprécier cette journée d’un point de vue physique grâce à ses entrainements depuis le début. On se croirait à la remise des oscars avec autant de remerciements 😀

J’ai déjà hâte d’être au prochain et ça donne encore plus de sens à mes entrainements et à mes objectifs! Sur le moment de la course j’avais hâte de terminer pour voir comment ça allait se passer. Mais une fois que c’était terminé j’étais un peu déçue que ce soit déjà fini. Je pense déjà à allonger les distances, mais comme d’habitude, à mon rythme. Pourquoi pas viser un 70.3 pour 2018-2019? Le temps de faire des promo cette année, des quarts en 2017, les améliorer en 2018 et courir des semi-marathons et en 2019 de faire un 70.3. Et si je me sens prête avant… On verra!

Désolée pour la longueur de l’article mais franchement résumer cette journée c’est impossible, j’avais envie de tout partager avec vous dans cet article! Les résumés express c’était sur Facebook 😀

Je suis une vraie triathlète (débutante et lente) mais une triathlète quand même maintenant!

  • Encore une fois félicitation pour ce premier triathlon qui, n’ayons pas peur des mots, est une BELLE RÉUSSITE 🙂 Good job comme on dit !