Le Triathlon de Bertrix 2016 – Lui


Bike, Conseils, Course, Lui, Run, Swim, Triathlon / mardi, avril 26th, 2016

Ce dimanche 24/04/16, se tenait à Bertrix un triathlon sur 2 distances ; découverte et sprint. Ce dernier est la première manche du circuit de la supercoupe de triathlon de Belgique 2016. Le temps est annoncé comme complètement instable. Vent, pluie, froid et même de la neige en petits et gros flocons ! Tout cela au rendez-vous pour départager les compétiteurs pour cette première compétition.

2fortri Bertrix julien triathlète batifer flag
Quand je me suis inscrit sur le triathlon de Bertrix, je m’attendais à tous sauf du gel et de la neige. Les jours précédents la course, j’ai dû regarder mille fois la météo sur plusieurs sites et différentes applications pour être bien certain des conditions climatiques. Comme ce triathlon se déroule en piscine, les athlètes prennent le départ par vagues. Nous avons donc une heure de passage déterminée à l’avance. Je dois normalement passer à 15h (dans mon esprit je me dis que j’aurais de la chance il fera plus chaud qu’au matin et que tout va bien se passer). 

Le dimanche matin, nous prendrons notre temps avant de partir. J’attendrais surtout les nouvelles si l’événement est annulé ou pas en raison de la météo plutôt catastrophique. Et oui, nous pouvons le dire!

Nous prendrons le départ vers 11h. Une bonne heure de route nous attend. Plus j’avance plus le temps est de plus en plus bizarre. Arrivé à Bertrix, sans vous mentir, il fait froid ! Très froid, il y tombe quelques paillettes de neige ! Après quelques minutes, c’est l’avalanche qui nous tombe dessus. Je ne suis pas trop rassuré de prendre le départ sous ces conditions.

Les étapes avant mon départ

La première étape, c’est de repérer les lieux ! Surtout de récupérer son dossard. Ensuite, je suis toujours curieux de voir ou je vais nager. Je vais donc jeter un oeil à la piscine. J’y aperçois mon coach qui a pris le départ quelques minutes auparavant. Au moment où il sort de l’eau, il va être pratiquement 13h. Je dois donc me dépêcher à aller me préparer et essayer de ramener la voiture un peu plus près du centre sportif et enfin, pouvoir m’échauffer. Au moins un minimum!

La deuxième étape, je me prépare un sac avec tout ce qu’il me faut plus quelques couches pour ne pas avoir froid avant le départ. Je me change. Le temps change aussi. Il passe du gris à un beau ciel bleu avec un beau soleil. Dans ma tête je me dis que je vais avoir de la chance de rouler sous celui-ci qui va nous réchauffer un peu.

Pour finir, je prépare le vélo. Ainsi que le matériel qu’il me faut dans l’aire de transition. Nous prenons directement la direction de celle-ci, car le temps avance vite. Je ne suis jamais à l’heure. Au parc à transitions, nous rencontrons Sophie, membre du GTC ( le même club que nous et elle est arbitre). Une fois dans le parc à vélo, tout cela est réglé comme du papier à musique. Je me suis tellement entraîné l’année passée à cela, pour perdre le moins de temps possible que c’est devenu un automatisme.

 

La course

Le brief d’avant course. C’est le moment de repérer qui sera dans mon couloir. Pour ne pas me faire piéger, je prends soin de demander à mes camarades de nage leurs temps sur le 750m. Ainsi, je prends un peu le leadership du groupe et attribue les places à chacun. Je sais qu’au fond de moi, je peux nager très vite et faire assez mal. Mes deux dernières semaines n’ont pas été aussi bonnes en sensations que j’aurais pu l’imaginer donc je ne préfère pas prendre de risques. Je décide de partir à gauche, c’est un peu ma place à l’entrainement. C’est surtout la meilleure place pour 2 choses si je suis le plus rapide sur le premier 25m. Premièrement, en partant sur la gauche je vais faire un aller-retour pratiquement en ligne droite. Deuxièmement, personne ne pourra profiter de mon aspiration. Ce qui me laisse un bel avantage. Comme mentionné au brief, nous sommes responsable des longueurs que nous faisons!

À l’eau, c’est le départ !

Après un bref, échauffement. Nous y voilà ! C’est parti. Je me lance dans un premier 25m rapide, mais pas à en être à bout de souffle. Je vais pouvoir tenir cette cadence pratiquement sur les 300 premiers mètres. J’impose mon rythme, ce qui me permet de revenir assez vite sur le dernier de ma vague! Je vais commencer à allonger ma glisse. Je dois dire qu’entre les croisements avec le groupe qui me chasse on se frôle pas mal. Tout en réfléchissant à bien nager, je me perds dans mes comptes. Je me permets de rattraper le dernier une deuxième fois et d’arriver même dans les pieds de mes poursuivants les plus directs. Au moment où je sors la tête de l’eau en pensant que j’avais fini, mon coach me crie que j’en ai fait une de plus.  La je vous avoue que je râle. Je me sentais bien ! Trop bien ! J’ai donc 50 m en plus que les autres. Je me dépêche !

Suivant les conditions climatiques, il a été exceptionnellement autorisé d’avoir des affaires (veste, bonnet, gant…etc)  à l’intérieur pour ne pas avoir trop froid à la sortie de l’eau.

T1, Transition 1

2fortri Bertrix julientriathlète transitionÀ la sortie de la piscine, je cavale ! Car j’ai 50m de retard sur tous mes concurrents. Avec le froid, j’ai beaucoup de mal à fermer ma veste. Je décide au dernier moment de ne pas mettre de chaussette pour le vélo, étant donné que le ciel s’est dégagé je me dis que je saurais peut-être me réchauffer. J’embarque tout et je décolle au plus vite.

 

Vélo

2fortri Bertrix julientriathlète vélo

Suivant les conseils du coach  » quand on ne connait pas le circuit on pousse comme si on savait mettre une dent en plus  » ,  c’est-à-dire être léger. Je dois tourner les jambes. À la première descente, je me rends compte que je vais avoir froid ! Toute façon, il est trop tard pour faire demi-tour. On fonce. Le départ est un peu vallonné. N’ayant pas des chaussures de tri pour le vélo, que je regrette, car je mets toujours une plombe à les clipser directement. Je perds quelques places, mais rien de grave. J’ai été averti qu’il y avait une longue descente un peu de plat et puis ça monte jusqu’à la fin. Je roule bien dans la descente je vois 55 KM/H qui s’affiche sur ma montre. C’est bien ça fait passer les kilomètres plus vite ! Le parcours est annoncé sur 20 KM. Dans la côte finale, je regarde ma montre et je vois 15 km. Aller encore 5km à monter ! Je rattrape petit à petit celui devant moi et je continue. Les côtes ce n’est royalement pas mon point fort. Les kilomètres défilent, sur le plat je relance, mais très vite nous arrivons au parc à vélo. Je ne sens plus mes orteils. N’étant pas averti que nous arrivions à l’air de transition, je galère un peu à retirer mes chaussures. En plus, la personne devant moi à du mal aussi, je dois donc sauter de mon vélo, le porter jusqu’à ma place.

2fortri Bertrix julientriathlète vélo

 

T2, Transition 2.

Sous les encouragements soutenus de Marine, je me change et je décide de mettre une paire de chaussettes, car mes pieds sont gelés ( plus tard Marine me dira  » c’est une préparation pour le Norseman »). 

La course à pied et le finish.

C’est un parcours de deux fois 2,5 km qui nous attend. Dans un faux plat descendant, je me laisse aller calmement histoire de récupérer mes pieds. Pendant la course, je me sens bien. Malheureusement la majeure partie du parcours se fait dans des chemins de terre. Je dois dire que je n’aime jamais ce genre de passage. Je continue ma course. Après le deuxième tour la neige s’abat de plein fouet sur Bertrix. C’est très joli. Le vent à pris aussi de la vitesse et cela se sent dans la dernière montée. Arrivé sur le stade, j’essayerais de rattraper mon prédécesseur, mais je n’y arriverais pas aujourd’hui.

 

Je termine Bertrix 2016, à la 58e place, en 1h10’32. Satisfait de ma course, déçu de ma natation, car je peux mieux faire et surtout que j’ai fait 50 m de plus. Pour la partie vélo, je dois travailler un gros rythme en côte. Je suis quand même très satisfait.

2fortri Bertrix julientriathlète triathlonAujourd’hui, je réfléchis à participer au championnat de Belgique de triathlon. Comme j’en fais déjà quelques un. Je suis assez hésitant, car j’aimerais faire une grosse préparation pour L’ironman 70.3 de Vichy qui se déroule en août.

 

 

 

Je remercie  Marine et Family Office pour le soutien dans cette saison 2016.